Paul-Henri SPAAK, l' ennemi du peuple

Visualiser l'album

Paul-Henri SPAAK, l' ennemi du peuple

Paul-Henri SPAAK, « L’ Ennemi du Peuple » !

Paul-Henri Spaak, 25 janvier 1899

– 31 juillet 1972

-avocat « socialiste » belge :

-plusieurs fois ministre dans des gouvernements belges de 1936 à 1964, notamment ministre des Affaires étrangères et Premier ministre ; durant la guerre, du gouvernement belge en exil à Londres

-meneur pacifiste au temps du « Fusil brisé » : il brisait les vitres des … maisons du peuple, à la tête des JGS

-sur la fin de la guerre-civile en Espagne, il fut le premier ministre à reconnaître le gouvernement de Burgos, du fasciste Franco

-premier dirigeant « socialiste » à accepter le Poste de secrétaire générale de l’ Otan, alliance militaire militariste et impérialistes des pays ricano-occidentaux

-en fidèle serviteur de la politique anglo-américaine, partisan de la guerre-froide et de la campagne anti-soviétique et anti-communiste de l’ après-guerre, et du réarmement de l’ Allemagne occidentale, c’ est lui qui prononça le discours de peur, devant l’ Assemblée générales de Nations Unies, en 1948. En 1946, il avait été élu président de la première assemblée générale de l' ONU à Londres, tandis que la Belgique devenait la première petite puissance à siéger au Conseil de l’ Onu.

-comme il se devait, il termina sa carrière en filant chez les libéraux. Adieu le PSB !

- il est considéré comme l'un des Pères de l’ Europe capitaliste actuelle:
président du Mouvement européen de 1950 à 1955

président de l'Assemblée parlementaire de la CECA de 1952 à 1954

négociateur et signataire pour la Belgique du Traité de Rome qui fonde le Marché commun européen, prédécesseur de l'Union européenne.