17/01/2006

16/01/2006: NON AU MACCARTHYSME EUROPEEN !

 
DANGER: Le retour des années '30 et du McCarthysme en EURO-DICTATURE capitaliste !
 
 
 agrosskost@assemblee-nationale.fr ; cgreff@assemblee-nationale.fr ; j.durrieu@senat.fr ; bschreiner@assemblee-nationale.fr ; aschneider@assemblee-nationale.fr ; rsalles@assemblee-nationale.fr ; frochebloine@assemblee-nationale.fr ; mreymann@assemblee-nationale.fr ; y.pozzodiborgo@senat.fr ; p.nachbar@senat.fr ; jcmignon@assemblee-nationale.fr ; gmeyer@assemblee-nationale.fr ; jp.masseret@senat.fr ; floncle@assemblee-nationale.fr ; glengagne@assemblee-nationale.fr ; jmleguen@assemblee-nationale.fr ; jf.legrand@senat.fr ; j.legendre@senat.fr ; jclefort@assemblee-nationale.fr ; elandrain@assemblee-nationale.fr ; jpkucheida@assemblee-nationale.fr ; ajung@assemblee-nationale.fr ; djacquat@assemblee-nationale.fr ; mhunault@assemblee-nationale.fr ; f.grignon@senat.fr ; d.goulet@senat.fr ; pgoldberg@assemblee-nationale.fr ; jmgeveaux@assemblee-nationale.fr ; cevin@assemblee-nationale.fr ; m.dreyfus-schmidt@senat.fr ; acousin@assemblee-nationale.fr ; gcolombier@assemblee-nationale.fr ; jg.branger@senat.fr ; jm.bockel@senat.fr ; d.badre@senat.fr ; randre@assemblee-nationale.fr
 
 
----- Original Message -----
Sent: Monday, January 16, 2006 10:14 PM
Subject: NON AU MACCARTHYSME EUROPEEN

bonjour

Contre la campagne de criminalisation du communisme,  Contre le projet le projet de résolution anticommuniste
déposé par le parlementaire Göran Lindblad appelé « nécessité d’une condamnation internationale des crimes
des régimes communistes totalitaires » 

ci joint la déclaration de l'URCF

et la motion que nous appelons à signer via le lien www.no2anticommunism.org

 

Actions prevues; Le samedi 21 janvier se tiendra à l’invitation du parti du travail de Belgique,

une conférence internationale des Pc d’Europe contre la campagne de criminalisation du communisme .

                         Le 24 janvier à Strasbourg devant le conseil de l’Europe, à l'appel de l’URCF, du PTB, du PRCF,

avec des délégations du parti communiste de Grèce (KKE), du PC du Luxembourg, du KPD et DKP (Allemagne),

des communistes de Grande-Bretagne, du parti socialiste de Lettonie et d’autres pays, se tiendra un rassemblement public,

 avec invitations aux télévisions et remise des pétitions au président de l’APCE.

 

 

Déclaration de l'URCF :NON A LA CAMPAGNE ANTICOMMUNISTE !NON AU MACCARTHYSME EUROPEEN !Site http://www.urcf.net

 

Le 14 décembre 2005 à Paris, la commission des questions politiques de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE)

a adopté un projet de résolution présenté par Göran Lindblad (PPE :démocratie chrétienne)

 intitulé « Nécessité d’une condamnation internationale des crimes des régimes communistes totalitaires ».

Projet qui sera soumis à la session plénière du conseil de l’Europe du 23 au 27 janvier .

Selon le rapporteur, le communisme partout, a « débouché sur une terreur massive,

des crimes et des violations de l’homme à grande échelle », sont même évoqués « les régimes communistes totalitaires actuels… où des crimes

continuent d’y être commis ».

La commission des questions politiques du Conseil de l’Europe va plus loin et s’indigne du fait

« que des partis communistes soient légaux et encore actifs dans certains pays, alors qu’ils n’ont même pas pris

 leurs distances par rapport aux crimes commis dans le passé par des régimes communistes totalitaires ».

Tous « ces crimes »  ont leur source « dans le concept de lutte de classes » « utilisé pour justifier les crimes ».

L’objectif « éducatif » pour les jeunes et futures générations : « la condamnation des crimes commis joue un rôle important

 dans l’éducation donnée aux jeunes générations  Une position claire de la communauté internationale sur ce passé pourrait leur servir

 de référence pour leur action future ».

Il y a 12 ou 13 ans, les partis politiques défenseurs du capitalisme et les médias à leur service vantaient « la fin de l’histoire »

et « la victoire de l’économie de marché, horizon incontournable de l’humanité ». Dans la foulée de la contre-révolution en Russie,

restaurant le vieil ordre capitaliste, Eltsine annonçait « un procès de Nuremberg du communisme ».

L’opposition  résolue des travailleurs et retraités de Russie face aux mesures annihilant l’ensemble des acquis sociaux

et économiques de la période soviétique et du socialisme, la défense du Parlement détruit à coups de canons par le régime

du nouveau boyard Eltsine (dans le silence approbateur des Etats de l’UE, les manifestations massives de communistes

avec leurs drapeaux rouges et les portraits des dirigeants de l’édification socialiste Lénine et Staline,

(300 000 à Moscou à l’appel du Parti Communiste ouvrier de Russie), conduisirent les dirigeants réactionnaires

 à réviser à la baisse la condamnation judiciaire et juridique du communisme.

Ce fut ensuite la campagne du " livre noir du communisme " de S. Courtois qui dans le droit fil des écrits de Noske et F. Furet

vise à réécrire l’histoire du XXéme siècle, à effacer des mémoires que l’ensemble des peuples et des pays doit sa liberté à la

grande victoire de l’URSS et des alliés sur le fascisme hitlérien dont l’entreprise était de mettre en esclavage tous les peuples

d’exterminer « les races inférieures ». L’impérialisme a besoin d’une réécriture totale de l’histoire effaçant l’apport du marxisme

à l’émancipation des exploités et opprimés, d’effacer ce que fut l’édification réelle du socialisme en URSS, les progrès sociaux et économiques inouïs.

L' bjectif de ce rapport est étroitement politique et partisan. Le capitalisme connaît la crise la plus longue de son histoire, crise dont on peut

légitimement se demander si elle n’accompagnera le système d’exploitation salariale jusqu’à sa fin. Sans l’URSS, le monde est encore plus insécurisé,

les guerres de repartage du monde par quelques grandes puissances impérialistes, Etats-Unis en tête, opposent de véritables armadas à des peuples

qui veulent choisir librement leur voie de développement. Le capitalisme s’avérant incapable de satisfaire les besoins matériels et culturels

de l’humanité : un homme sur trois dans le monde n’a pas d’emploi, un sur 10 n’ a pas de toit, la moitié  du globe vit en-dessous du seuil de pauvreté,

sous l’impérialisme, chaque jour se profile le génocide de la faim qui frappe 40 000 personnes Une telle situation ne manque pas d’engendrer colère, mécontentement, révolte. Le monde est gros d’une révolution. En Amérique Latine du Venezuela à  Cuba, de Cuba à la Bolivie, les peuples secouent le joug du néo-libéralisme. Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en France, sous couvert de « lutte contre le terrorisme » se sont déployées des législations autoritaires, des lois d’exception qui violent la correspondance privée, enferment à Guantanamo mais aussi dans des prisons secr��tes en Europe, sans jugement, des hommes et femmes qui n’ont pas droit au respect des principes élémentaires de la justice autrefois édictée par la bourgeoisie quand elle secouait le joug du féodalisme. Quand la colère des jeunes gronde contre la misère, le racisme, le chômage massif, l’Etat en France ressort une loi du temps des guerres coloniales pour proclamer l’état d’urgence !

La résolution de monsieur Linblad, appuyée par des élus baltes qui réhabilitent les « Kollabos » nazis et  leur dressent des statues, constitue une véritable déclaration de guerre contre le monde ouvrier et les forces syndicales.  En effet cette résolution s’attaque  au « concept » de lutte de classes, qui est une réalité objective quand les travailleurs pour défendre leur pain, leur emploi, s’opposent aux privatisations et délocalisations, sont conduits à s’opposer au capital à l’origine de leurs souffrances. Armée du marxisme-léninisme, la classe ouvrière a montré qu’elle savait conduire la lutte quotidienne pour se défendre jusqu’au renversement du capitalisme. Le prolétariat a prouvé qu’il était capable avec l’ensemble du monde du travail d’édifier une société débarrassée de l’exploitation de classe et de l’oppression nationale, contre le capital et sans le capital ! C’est cela qui est visé avec ce projet de résolution : la possibilité légale de défendre une alternative populaire au capitalisme. Stéphane Courtois s’étonnait voici quelques années de la légalité des partis communistes, les secteurs les plus réactionnaires des pays capitalistes veulent par le biais d’une condamnation juridique, interdire l’expression libre des idéaux communistes. L’histoire a montré qu’à chaque fois qu’un pays s’engage dans la répression du communisme, les forces et les droits démocratiques sont vite menacés.

L’Union des révolutionnaires-communistes de France (URCF) appelle l’opinion démocratique internationale à se mobiliser pour, avec les membres démocrates  et progressistes du conseil de l’Europe, repousser ce projet liberticide !

 

Non au Maccarthysme en Europe !Défense des libertés démocratiques !Vive le communisme

signez la motion joint

pour plus d'information  www.no2anticommunism.org

12:53 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.