02/06/2006

01/06/2006: CHRONIQUE DE GUANTANAMO N°10 - 1er juin 2006

----- Original Message -----
Sent: Thursday, June 01, 2006 8:22 PM
Subject: CHRONIQUE DE GUANTANAMO N°10 - 1er juin 2006


Pour recevoir régulièrement cette Chronique, envoyer un mail à collectifguantanamo@yahoo.fr
en mentionnant dans l¹objet : ³Oui, je m¹abonne !²
¡³guantanameros² !
CHRONIQUE DE GUANTANAMO
4ème année - N° 10 - 1er juin 2006
Publication bimensuelle du Collectif guantanamo, 1 impasse Laperrine, 11 000 Carcassonne
Tél. 00 33 (0)6 13 99 28 86 € Courriel : collectifguantanamo@yahoo.fr
Cette Chronique contient toutes les informations publiées au jour le jour sur le site http://quibla.net
NOUS PRATIQUONS LE COPYLEFT : TOUT OU PARTIE DE CETTE CHRONIQUE PEUT ÊTRE REPRODUIT LIBREMENT, EN MENTIONNANT LA SOURCE
« La possibilité, pour le pouvoir exécutif, de jeter un homme en prison sans formuler aucune charge reconnue par la loi contre lui, et notamment de lui refuser le jugement par ses pairs, est odieuse au plus haut degré et elle est le fondement de tout gouvernement totalitaire, qu'il soit nazi ou communiste. »
Winston Churchill
1er Juin 2006 : CELA FAIT 1 623 JOURS
QUE NOS FRÈRES HUMAINS SONT RETENUS EN OTAGES À GUANTANAMO !

LES INFORMATIONS SONT CLASSÉES EN ORDRE CHRONOLOGIQUE DÉCROISSANT

AU SOMMAIRE DE CE NUMÉRO
02/06/06 - L'Union européenne appelle les autorités usaméricaines à fermer guantanamo
02/06/06 - 8 détenus pakistanais supplémentaires seront libérés de guantanamo
01/01/06 - En Arabie saoudite, libération de trois ex-détenus  de guantanamo
30/05/06 - Nouvelle grève de la faim à guantanamo
30/05/06 - Des mineurs détenus à Guantanamo: nouvelles accusations des médias
30/05/06 - Un direct Guantanamo-Albanie pour cinq Ouïgours du Xinjiang
27/05/06 - 5 Ouïghours de Chine transférés de guantanamo en...Albanie
25/05/06 - Ben Laden : Moussaoui nétait pas dans le coup
25/05/06 - Que se passe-t-il réellement à guantanamo ?
25/05/06 - Une plainte contre Donald Rumsfeld jugée recevable par un juge US
06/05/06 - Le procès des ex-détenus français de guantanamo reporté au mois de juillet
05/05/06 - PRISON À PERPÉTUITÉ POUR ZACARIAS MOUSSAOUI

***

02/06/06 - L'Union européenne appelle les autorités usaméricaines à fermer guantanamo
La ministre autrichienne des Affaires étrangères Ursula Plassnik a exhorté mercredi les USA à fermer dès que possible le centre de détention sur la base de guantanamo, à Cuba, où sont incarcérés des hommes suspectés de terrorisme.

S'exprimant au nom de l'Union européenne, elle a déclaré au Parlement européen que le centre de détention était un motif de "véritable inquiétude" pour les USA et l'a qualifié d'"anomalie".

"Le gouvernement américain doit prendre des mesures pour fermer le camp dès que possible", a ajouté Mme Plassnik dont le pays assure la présidence tournante de l'UE.

Les dirigeants européens ont été très critiques à la suite d'informations faisant état de mauvais traitements à guantanamo et des organisations de défense des droits de l'Homme dont Amnesty International ont également appelé à la fermeture de l'installation.

Le sujet ne devrait pas manquer d'être abordé lors de la visite à Vienne, en Autriche, du président usaméricain George W. Bush le 21 juin pour un sommet Union européenne-USA.
Source : AP, 31 mai 2006


02/06/06 - 8 détenus pakistanais supplémentaires seront libérés de guantanamo

Les USA ont accepté de libérer huit détenus pakistanais du camp de prisonniers de la base usaméricaine de guantanamo, dans le sud de Cuba, a annoncé jeudi le  ministre pakistanais de l'Intérieur, Aftab Ahmad Khan Sherpao. 
M. Sherpao a déclaré sur la télévison d'Etat que 29  Pakistanais étaient détenus dans le camp de guantanamo. 
Selon le ministre, le gouvernement s'efforce d'obtenir la  libération des tous les détenus pakistanais. 
La plupart des détenus pakistanais ont été capturés en  Afghanistan il y a quelques années, a rappelé le ministre. 
Selon le Comité international de la Croix-Rouge, plusieurs  Pakistanais sont également détenus dans des prisons en Afghanistan. 
Le gouvernement envisage d'envoyer une équipe en Afghanistan  pour obtenir la libération des prisonniers pakistanais, a dit  encore le ministre.
Source : Xinhua, 1er juin 2006


01/01/06 - En Arabie saoudite, libération de trois ex-détenus  de guantanamo

La justice saoudienne a libéré lundi trois Saoudiens rapatriés l'an dernier de la base américaine de Guantanamo, après les avoir condamnés à la prison, a annoncé le ministère de l'Intérieur mardi.
Les trois hommes, remis en juillet 2005 par les États-Unis aux autorités saoudiennes, «ont été remis en liberté», a déclaré un porte-parole du ministère dans un communiqué, sans préciser leur identité.
Pourtant, deux d'entre eux avaient été condamnés à un an de prison chacun et le troisième à la période déjà purgée en arrestation.

Ils avaient été condamnés pour «présence dans des zones de trouble sans l'accord de leurs parents ou des autorités de leur pays», pour avoir «utilisé des documents falsifiés» et avoir «mis en danger la vie de membres de leurs familles», selon le porte-parole.
Ce dernier a ajouté que les trois Saoudiens avaient été libérés «sous garanties légales», sans préciser la nature des «garanties».
Le ministre adjoint saoudien de l'Intérieur, le prince Mohammad Ben Nayef Ben Abdel Aziz, a souhaité que les trois ex-détenus retrouvent une vie «normale», en les recevant avec leurs familles, selon le quotidien Okaz. «Le royaume poursuit ses efforts pour rapatrier tous les Saoudiens détenus à Guantanamo», a-t-il dit.
Le 19 mai, les autorités ont annoncé le rapatriement de 15 autres ex-détenus saoudiens à Guantanamo, portant à 24 le nombre des Saoudiens remis à Riyad après leur détention dans cette base militaire américaine à Cuba.
La base accueille principalement des détenus capturés en Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, dont la plupart des auteurs étaient Saoudiens. Sur les 490 détenus -dont 10 ont été formellement inculpés et aucun n'a encore été jugé - on compte une centaine de Saoudiens.
Source : AFP, 30 mai 2006

30/05/06 - Nouvelle grève de la faim à guantanamo
Selon un porte-parole militaire US, 75 détenus de guantanamo étaient en grève de la faim lundi, rejoignant ainsi un petit roupe de détenus nourris de force car ils refusent de s¹alimenter depuis le mois d¹août dernier. Son considérés comme grévistes de la faim les détenus qui refusent 9 repas de suite. Selon le porte-parole, la plupart des grévistes refusent de s¹alimenter mais continuent à boire.
Source : Reuters, 29 mai 2006

30/05/06 - Des mineurs détenus à Guantanamo: nouvelles accusations des médias

Des mineurs pourraient avoir été détenus dans le camp de prisonniers de la base américaine de Guantanamo, dans le sud de Cuba. Ils auraient été soumis aux mêmes conditions et interrogatoires que les adultes, selon l'hebdomadaire américain "Time".
Le journal a chiffré à 24 le nombre de mineurs ayant été interné à Guantanamo, où se trouvent actuellement quelque 460 détenus de la "guerre contre le terrorisme". Mais il souligne que leur nombre pourrait être plus élevé, la dates de naissance des prisonniers étant souvent imprécises.
"Certains des enfants, dont trois afghans de dix, douze et treize ans à leur arrivée, croit-on, ont été séparés des adultes, ont reçu des leçons et été autorisés à faire du sport", affirme le "Time".
"Mais de bien des façon, ils n'étaient pas considérés de façon différente des détenus adultes", souligne encore l'hebdomadaire, se référant à des déclarations du chef d'état major des armées américaines, le général Richard Myers, en avril 2003.
Les trois "sont peut êtres des jeunots, mais ils ne sont nullement dans une division inférieure. Ils font partie d'une équipe de division supérieure et c'est une équipe de terroristes. Ils sont à Guantanamo pour une très bonne raison, pour notre sécurité", avait déclaré à l'époque le général Myers, selon le journal.
Les trois garçons ont été libérés peu après, ajoute "Time", qui cite un porte-parole du Pentagone selon qui il n'y a plus actuellement de mineurs détenus à Guantanamo.
Cet article suit de 24 heures les accusations de l'organisation humanitaire britannique Reprieve, reprises samedi par la presse britannique, selon laquelle plus de 60 des prisonniers de Guantanamo étaient mineurs lorsqu'ils y ont été transférés, dont certains seulement âgés de quatorze ans.
Source : ats, 29 mai 2006


30/05/06 - Un direct Guantanamo-Albanie pour cinq Ouïgours du Xinjiang

par Fatos Coçoli, Panorama, Tirana, 10 mai 2006. Traduit de l¹albanais par Mandi Gueguen pour http://balkans.courriers.info

Le 5 mai, l¹Albanie, la demande des Etats-Unis, accordait l¹asile à cinq membres de la minorité ouïgoure du Xinjiang, libérés de Guantanamo et recherchés par la Chine. Depuis la diplomatie albanaise se trouve prise entre le marteau et l¹enclume des relations sino-américaines. Les relations diplomatiques et économiques avec la Chine se dégradent...

Pékin vient d¹interrompre les rencontres officielles avec les représentants du gouvernement albanais. L¹ambassade de Chine a officiellement annoncé l¹annulation de la visite attendue de la délégation chinoise en Albanie, repoussée à plus tard. Le vice-ministre de l¹Economie et de l¹Energie, Eno Bozdo, et le directeur des Douanes, Perparim Dervishi, n¹ont pas été reçus à leurs rendez-vous prévus avec les autorités chinoises. Ils ont ainsi été les premiers à avoir ressenti le coup de froid diplomatique entre les deux pays.

L¹Albanie refuse en effet d¹extrader cinq Chinois de l¹ethnie ouigoure, recherchés par la Chine. Arrêtés par les autorités américaines, suspectés d¹implication dans des activités terroristes, détenus à Guantanamo, ils ont été jugés et innocentés. Les autorités américaines ont dès lors demandé à plusieurs pays de leur accorder l¹asile politique. De nombreux pays ont refusé, l¹Albanie a accepté.

Depuis cette décision, la Chine demande à l¹Albanie d¹extrader ses ressortissants, Besnik Mustafaj, le ministre des Affaires étrangères albanais, répond que les autorités compétentes enquêteront sérieusement sur l¹activité de ces personnes, que les autorités chinoises considèrent comme des membres de l¹organisation du « Turkestan de l¹Est », qui collaborent avec Al Qaida. L¹organisation en question fait partie de la Liste Générale des Sanctions de la Commission 1267 du Conseil de Sécurité de l¹ONU.

Selon le droit international, les ressortissants chinois doivent revenir en Chine et l¹ambassadeur chinois à Tirana a insisté fermement sur ce point lors de sa rencontre avec le ministre albanais des Affaires étrangères. Les cinq ressortissants chinois ont été arrêtés en 2001 au Pakistan et, après avoir été transférés à la base américaine de Guantanamo, ils ont été libérés. L¹Albanie les a acceptés en tant que demandeurs d¹asile politique. Ils sont installés au Centre national des demandeurs d¹asile de Tirana. Les Chinois Ouigours, de confession musulmane, sont en lutte contre le gouvernement de Pékin et combattent pour créer la république autonome du Turkestan de l¹Est. Basés dans la province de Xinjiang où ils constituent 60% de la population, les Ouigours sont des musulmans pratiquants, ce qui provoque des problèmes d¹assimilation, leur région compte 12 000 mosquées des 28000 que possède la Chine toute entière.

Chine et Albanie : des amours compliquées

La Chine et l¹Albanie ont une histoire d¹amour compliquée entre elles. Très proches après la rupture d¹avec l¹Union Soviétique en 1961, leurs relations économiques, culturelles et politiques durèrent pendant 17 ans. En 1978, Enver Hoxha interrompit toute relation avec cette nation dont la politique était devenue à ses yeux « révisionniste et social-impérialiste ». Les deux pays se rapprochèrent à nouveau après la chute du communisme en Albanie, au début des années 1990.

Washington a refusé d¹abriter les cinq Chinois sur le sol américain, malgré les demandes en ce sens des groupes défendant les droits de l¹homme. Ils ont alors demandé à l¹Albanie de les prendre en charge, qui a accepté. Il s¹agit en tout de 17 Chinois musulmans en attente d¹être placés dans les pays qui voudront leur offrir l¹asile politique. La presse américaine s¹étonne de l¹accord de l¹Albanie, qu¹elle explique par les bénéfices économiques et militaires que ce petit pays pourrait escompter en échange de sa « générosité ».

5 Chinois = 1 milliard de dollars américains

Les exportations chinoises vers l¹Albanie connaissent une croissance rapide, et l¹intérêt des sociétés chinoises pour le marché albanais ne faiblit pas. Cela rappelle l¹intérêt des investisseurs chinois en 1994, avant la catastrophe des pyramides financières, pour la construction de nouvelles hydrocentrales en Albanie (qui au passage, ont largement contribué à résoudre notre problème énergétique). La somme des investissements privés et publics chinois en Albanie, prévus pour la période 2006-2010, atteint environ le milliard de dollars américains. Par conséquent, les perspectives changent.

L¹énervement chinois envers les Etats-Unis, est aussi teinté d¹intérêts économiques sur les marchés et les capitaux américains, car les Chinois veulent augmenter leurs exportations vers les USA et l¹Union Européenne. Mais ils se heurtent à des taxes douanières élevées, aussi la Chine tente-t-elle d¹entrer dans l¹Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Cela lui permettrait d¹échapper aux taxes des douanes. Les États-Unis font barrage, pour protéger les intérêts de leur industrie.

L¹Albanie se trouve sans vraiment le vouloir dans ce jeu délicat entre deux géants. En voulant faire plaisir aux États-Unis, sachant la valeur du soutien américain lors des élections, l¹Albanie risque de payer cher au plan économique. La Chine peut se payer le « luxe » de « montrer les crocs » à Tirana et à l¹économie albanaise, parce qu¹elle refuse de lui rendre ses ressortissants.

Vingt grands pays, dont l¹influence dans la politique mondiale est bien connue, ont refusé ces cinq personnes qui sont devenues une « pomme de discorde ». Seule l¹Albanie a joué la bravoure en les acceptant, ce qui est certes louable, car ces cinq Chinois risquent tout de même la mort en rentrant en Chine. Mais voilà, il y a tous nos intérêts économiques en jeu, et le rôle de la Chine n¹est réellement pas négligeable. La procédure de l¹asile politique prend jusqu¹à un mois, ce qui peut donner le temps à l¹Albanie de négocier avec un pays dont les intérêts avec la Chine sont moindres. Peut-être réussira-t-elle à négocier un asile politique pour ces personnes dans un pays frontalier de la Chine, comme le Tadjikistan, ou bien encore nos diplomates pourront-ils expliquer aux Américains le problème où nous nous trouvons.

Il faut y penser, car on ne peut risquer de perdre ces investissements d¹un milliard de dollars américains, qui font partie de l¹oxygène économique indispensable à notre marché de l¹emploi entre autres. Nous ne pouvons pas nous permettre de gagner 5 Chinois et perdre un milliard de dollars.

27/05/06 - 5 Ouïghours de Chine transférés de guantanamo en...Albanie
Déclarés innocents de l¹accusation d¹être des ³combattants ennemis étrangers² il y a plus d¹un an, 5 Ouïghours de Chine détenus à guantanamo pendant quatre ans et demi ont finalement été accueillis en...Albanie, après que tous les autres pays sollicités, de la Turquie à la Norvège en passant par l¹Allemagne, avaient refusé de les accueillir. Ils se retrouvent donc dans un pays dont ils ne connaissent pas la langue, coupés de tout lien avec leurs familles et avec les communautés ouïghoures vivant en diaspora. Interviewés par la chaîne télévisée US ABC news, ils ont délcaré ne pas être en colère contre les USA, mais ³déçus². On le serait à moins.

25/05/06 - Ben Laden : Moussaoui nétait pas dans le coup
Oussama ben Laden affirme dans un enregistrement audio diffusé mardi sur Internet que le Français Zacarias Moussaoui, seule personne condamnée aux Etats-Unis dans l'enquête sur les attentats du 11 septembre 2001, n'avait rien à voir avec l'opération. "J'avais la charge des 19 frères et je n'ai jamais demandé au frère Zacarias d'être avec eux dans cette mission", poursuit la voix, en référence aux 19 pirates de l'air du 11-Septembre.
Le chef d'Al-Qaïda précise également que seuls "deux" des prisonniers détenus dans la prison américaine de Guantanamo Bay, à Cuba, étaient impliqués dans l'attentat.
Source : AP, 24 mai 2006

25/05/06 - Que se passe-t-il réellement à guantanamo ?
Une série dincidents graves se sont déroulés à guantanamo ces derniers jours. On na pour le moment que la version officielle. Selon celle-ci, tout a commencé tôt dans la matinée du jeudi 18 mai, lorsquun détenu du Camp n°1 a été retrouvé inconscient dans sa cellule. 7 heures plus tard, un deuxième détenu a été retrouvé inconscient. Tous deux auraient ingéré des comprimés anti-dépresseurs qui ne leur avaient pas été prescrits et dont on peut se demander comment ils se les étaient procurés. Au même moment, deux autres détenus étaient retrouvés en mauvais état, du à lingestion de médicaments. 5 heures plus tard, 10 détenus du Camp n°4 auraient auraient eu une confrontation avec 10 membres de léquipe dintervention rapide, utilisant des armes improvisées avec des éléments de leur mobilier. Les gardiens ont alors utilisé des sprays au poivre et des balles en caoutchouc, blessant cinq détenus. Vers minuit, des détenus dune autre section se seraient à leur tour révoltés. Un détenu âgé aurait été traité pour avoir été gazé au poivre et pour des blessures bénignes.
Commentant ces informations, Moazzam Begg, ancien détenu britannique de guantanamo, a déclaré quil avait du mal à croire ces informations, notamment en raison du fait que les éléments de mobilier censés avoir été utilisés comme armes par les détenus (pales de ventilateurs et caméras de vidéo-surveillance), se trouvent hors de leur portée. Guantanamo, a-t-il dit, nest pas un camp de prisonniers de la deuxième guerre mondaile, dans lequel vous pouvez creuser des tunnels. La sécurité y est maximale et tout le temps. Tout est noté, tout est surveillé, tout est répertorié.
Selon les avocats Clive Stafford Smith et Brent Mickum, le caractère détaillé des informations fournies par le Pentagone sur ces incidents, qui est inhabituel, dénote une volonté de ladministration de lancer une campagne de relations publiques en vue de modifier létat de lopinion, largement hostile à guantanamo, et ceci à quelques semaines dune décision de la Cour suprême US, qui doit à nouveau prendre position sur le refus de ladminutsration de juger les détenus de guantanamo.
Source : The Independent, 21 mai 2006
 

25/05/06 - Une plainte contre Donald Rumsfeld jugée recevable par un juge US
Une plainte déposée par quatre anciens détenus britanniques de guantanamo contre Donald Rumsfeld et 10 commandants militaires US pour atteinte à leurs droits religieux a été jugée recevable par le juge US de district Ricardo M. Urbina. Le juge a estimé que la loi invoquée par les plaignants, la Religious Freedom Restoration Act de 1993, sapplique aussi sur le territoire de la base US. Les plaignants sont Shafiq Rasul, Asif Iqbal et Rhuhel Ahmed, surnommés les Trois de Tipton, et Jamal Al-Harith, de Manchester; ils réclament 10 millions de $ de dommages et intérêts.
Source : http://jurist.law.pitt.edu/paperchase/2006/05/judge-rules-religious-liberty-lawsuit.php

06/05/06 - Le procès des ex-détenus français de guantanamo reporté au mois de juillet

Les six Français qui ont été détenus sur la base de Guantanamo seront jugés les 3, 4, 5 et 10, 11, 12 juillet par le tribunal correctionnel de Paris pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", a-t-on appris vendredi de sources judiciaires.
Le procès, prévu initialement du 15 au 31 mai, a été reporté de quelques semaines. L'ordonnance de renvoi des six prévenus devant le tribunal correctionnel a été signée le jour même de la fixation de l'audience devant le tribunal!
Les six prévenus, dont un seul est encore détenu, comparaîtront devant la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris, présidée par Jean-Claude Kross. Le procès aura lieu le matin et l'après-midi les lundi, mardi et mercredi durant deux semaines.
Les sept Français détenus sur la base américaine de Guantanamo à Cuba ont été rapatriés en deux temps. Quatre sont revenus en juillet 2004 après trois ans de détention: Imad Kanouni, Nizar Sassi, Mourad Benchellali et Brahim Yadel.
Les trois derniers ont été expulsés en mars 2005: Ridouane Khalid, Khaled ben Mustafa et le Franco-Indien Mustaq Ali Patel. Sans lien avec la mouvance islamiste, ce dernier a été libéré dès son retour sans être mis en examen.
Les six ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et incarcérés dans le cadre de l'enquête sur les Français de Guantanamo ouverte à Paris en 2002. A l'exception de Brahim Yadel, tous sont en liberté. Ils ont été interpellés en Afghanistan en 2001 après l'intervention américaine.
Source : AP, 5 mai 2006


 


05/05/06 - PRISON À PERPÉTUITÉ POUR ZACARIAS MOUSSAOUI

Les 12 membres du jury ont rendu leur verdict mercredi et condamné Zacarias Moussaoui à la prison à vie.
"Amérique, tu as perdu!", a lancé Moussaoui en quittant la salle d'audience après l'énoncé de la sentence. Il a frappé dans ses mains et crié: "J'ai gagné!" Pendant la lecture du verdict, il était resté calme, assis en prières.
Sa condamnation sera formellement annoncée jeudi.
Le Français d'origine marocaine, seul accusé poursuivi pour les attentats du 11 septembre 2001, avait plaidé coupable de six chefs d'accusation de complot en liaison avec ces attentats.
Les procureurs fédéraux avaient demandé au jury de condamner Moussaoui à la peine de mort, mais les jurés, qui ont passé environ 41 heures à délibérer avant de rendre leur verdict, ont été divisés avant de parvenir à s'entendre.
Le jury appelé à se prononcer sur Zacarias Moussaoui, âgé de 37 ans, avait le choix entre la condamnation à mort et la réclusion à perpétuité. Ce mois-ci, les neuf hommes et trois femmes membres de ce jury avaient estimé que le comportement de Moussaoui le rendait passible de la peine de mort.
Moussaoui avait affirmé qu'il était censé piloter un cinquième avion qui aurait eu pour cible la Maison blanche, le 11 septembre 2001. Il avait dit au cours du procès n'éprouver aucun remords pour les attentats, ajoutant qu'il aurait souhaité voir mourir davantage d'Américains. Les attentats du 11-Septembre ont fait environ 3.000 morts.
Pour l'expert juridique David Rossman, de l'université de droit de Boston, l'accusation a pâti des preuves des erreurs commises par le FBI dans la gestion du dossier.
"Il est très facile de dire que le gouvernement a perdu en termes de relations publiques (...)", argue-t-il.
"C'était une erreur de la part du gouvernement de faire de Moussaoui le symbole du complot du 11 Septembre", estime pour sa part Daniel Benjamin, analyste du terrorisme et ancien membre de l'administration Clinton.
 
LE "MAL" VAINCU
George Bush a salué la sentence, estimant que le "mal" avait été vaincu.
"La fin de ce procès représente la fin de cette affaire, mais pas la fin de la lutte contre le terrorisme", a dit Bush. "Et nous pouvons avoir confiance. Notre cause est juste, et l'issue est certaine: la justice sera rendue. Le mal n'aura pas le dernier mot".
Rudolf Guiliani, l'ancien maire de New York qui était en poste au moment des attentats et a témoigné durant le procès, a déclaré la chaîne de télévision MSNBC qu'il aurait préféré voir Moussaoui condamné à mort. "Mais je suis assez impressionné par la manière dont notre système juridique fonctionne et parvient à déboucher sur un résultat comme celui-ci", a-t-il déclaré.
Jim Cohen, professeur à l'université de droit Fordham à New York, estime que le jury a recherché une solution juste. "Ce n'est pas par compassion pour Moussaoui. Ils pensaient que c'était la peine que la plupart des victimes voulaient et qui serait la pire pour lui", explique-t-il.
Le verdict a été lu simultanément par la juge Leonie Brinkema, dans la salle d'audience, et par le porte-parole du tribunal d'Alexandria, Edward Adams, à l'extérieur de la salle, devant les caméras de télévision.
"Aucun juré n'a estimé que l'exécution de Zacarias Moussaoui ferait de lui un martyr des intégristes musulmans et d'Al Qaïda en particulier", a dit Adams. "Trois jurés ont estimé que le rôle de Zacarias Moussaoui dans l'opération du 11-Septembre, si tant est qu'il y en ait eu un, était mineur", a-t-il ajouté.
Neuf jurés ont également été sensibles à l'enfance difficile de Moussaoui et aux problèmes familiaux qu'il avait connus, arguments qu'avaient développés les avocats de la défense.
Des membres des familles des victimes, dont certains se trouvaient dans la salle à la lecture du verdict, se sont déclarés satisfaits de la sentence.
"Il restera en prison pour le reste de sa vie, ce qui est exactement ce que mérite cet homme", a déclaré Carie Lemack, dont la mère a péri dans l'un des avions qui s'est écrasé contre le World Trade Center à New York.
Source : Reuters, 4 mai 2006

-> Retrouvez toutes les informations publiées par le Collectif guantanamo depuis février 2003 sur le site http://quibla.net, rubrique La galaxie guantanamo !

12:29 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.