07/06/2006

06/06/2006: Prisonniers palestiniens : entre rafles et répression, tortures et déni de tous les droits

 
----- Original Message -----
From: Al Faraby
Sent: Tuesday, June 06, 2006 4:31 PM
Subject: [ForumCommuniste] Prisonniers palestiniens : entre rafles et répression, tortures et déni de tous les droits

Prisonniers palestiniens : entre rafles et répression,
tortures et déni de tous les droits
( Rapports de Nadi al-asir al-Filistini - début juin 2006 - et agences de presse )
 
 
 
Rafles en Cisjordanie
 
La radio sioniste a annoncé ce mardi 6 juin l'arrestation de 12 Palestiniens dans toute la Cisjordanie, prétextant qu'ils sont recherchés. Les forces sionistes avaient envahi la ville de Nablus et arrêté six militants palestiniens de Nablus, du camp de Balata et camp Bait al-ma', dont 2 du Jihad islamique, 2 du Fateh et un du Hamas. Les envahisseurs ont investi plusieurs maisons dans le quartier Rafidia, la rue Basha, la zone de Ras al-Ayn, la vieille ville. Les Palestiniens arrêtés sont : Yaser Kalbuna, 18 ans, Abdel Halim Khaled Mustafa Daoud, 19 ans, Ahmad Rida Abu Rizq, 25 ans, Tahseen Kalbouna, 18 ans, Hazam Rida Bastami, 25 ans, Daoud Makawi, 30 ans.
La ville de Ramallah a également été envahie par les forces militaires de l'occupation, qui ont arrêté quatre militants du Front Populaire. A Tulkarm et à Jénine, deux militants du Jihad islamique ont été arrêtés.
 
A l'aube du lundi 5 juin, les forces sionistes ont envahi la ville et le camp de Jénine, avec 30 véhicules et deux bulldozers. Elles ont investi les maisons, fouillé et arrêté quatre militants du Jihad islamique, soit disant recherchés par les forces de l'occupation. Les résistants du Jihad ont riposté lorsque les envahisseurs ont pénétré dans la maison de la famille Astiti. Les Palestiniens arrêtés sont : Ali Majed Arawi, 22 ans, Saleh Farid Abu Sariya, Muhammad Farid Abu Sariya, ainsi que Wajdi Astiti, 23 ans.
Les forces de l'occupation ont lancé par haut-parleurs des appels aux militants recherchés de se rendre.
 
Prisonnier de Nablus : un soldat tire sur lui alors qu'il est blessé
 
Le prisonnier palestinien Amin Ahmad Taher Amer, de Alar, déclare à l'avocat de Nadi al-asir Iyad Mahamid que lors de son arrestation, le 17 mai 2006, les forces de l'occupation sioniste ont tiré sur lui. Il a déclaré que le 17 mai 2006, il se trouvait chez son ami à Nablus. Il a entendu des coups de feu près de la maison. Tous les deux ont pris la fuite, chacun d'un côté. Il a essayé de grimper sur une passerelle entourant la maison, les soldats ont tiré sur lui, il est tombé à terre. Il était deux heures du matin. Puis, lorsque le soleil s'est levé, il était toujours par terre, baignant dans son sang. Les envahisseurs qui ont amené leur bulldozer pour détruire la passerelle, l'ont découvert, il leur a demandé de l'emmener à l'hôpital, mais l'un des soldats s'est mis par-dessus lui et a tiré sur lui. Il est a nouveau blessé à la main et la poitrine. Il aperçoit alors son ami, Mustafa Abdel Ghani, près de lui, sans mouvement.
 
Dix minutes après les coups de feu, une ambulance palestinienne arrive, elle emmène d'abord la dépouille du martyr Mustafa, puis l'emmène, lui, selon les ordres des militaires israéliens, vers les soldats. Ils lui ôtent alors ses vêtements, avant d'être emmené par une ambulance israélienne vers l'hôpital à Petah Tikva, pour lui ôter les balles du corps.
 
Quatre jours plus tard, il est transféré à la prison Magin, à Ramleh, où il se trouve jusqu'à présent. Il n'a pas été interrogé, ni accusé, ni condamné.
 
Manal Ghanem, séparée de son fils Nour, toujours détenue
 
L'avocat de Nadi al-asir al-Filistini, Adel Khalayle, a rencontré le 3 juin la prisonnière Manal Ghanem, qui a été séparée de son fils Nour. Manal avait accouché , en prison, de son fils Nour, il y a près de trois ans. Une campagne internationale initiée par le centre Addameer et d'autres organismes palestiniens avait exigé la libération de Manal et de son fils, étant donné que les trois autres enfants de Manal souffraient de l'absence de leur mère, que Nour avait également besoin d'elle hors de la prison. Mais le tribunal de l'occupant a rejeté à plusieurs reprises toute demande de libération de Manal.
 
Manal Ghanem a déclaré que les forces de l'occupation l'ont transférée de la prison de Telmond à la prison de Ramleh, le 26 avril dernier, pour la faire suivre par des spécialistes en psychologie qui la prépareraient à la séparation d'avec son fils. En réalité, déclare Manal, rien n'a été fait. Il s'agissait d'un leurre. Le 10 mai, le tribunal militaire de la prison de Ramleh s'est réuni. Le procureur a refusé de l'entendre et prêter attention à ses arguments, qui montraient les dégâts psychologiques que Nour pouvait subir s'il était séparé de sa mère. Elle affirme que le procureur s'est contenté d'appliquer la loi sioniste, refusant tout argument humain. La loi sioniste en effet autorise la mère à garder son enfant deux ans après sa naissance.
 
Manal affirme qu'elle est angoissée et en colère à la fois. Le 11 mai, elle a été transférée de nouveau à la prison de Telmond, où la situation se dégrade de jour en jour. Depuis quatre mois, les cantines sont vides, et les prisonnières sont obligées de se contenter des repas infestés de bestioles que la direction des prisons leur donne. Mais la solidarité entre les prisonnières reste importante : celles qui reçoivent un peu d'argent de leurs familles partagent les maigres achats qu'elles font avec leurs compagnes de cellules.
 
Dans la section 11 où se trouve Manal, les prisonnières sont au nombre de 59, chiffre important vu l'étroitesse du lieu, "où les toilettes n'ont pas de pote, mais seul un rideau les sépare de la cellule, les fenêtres sont constamment fermées par une plaque en métal, et les rats et cafards sont disséminés dans toutes les sections".
 
D'autre part, l'avocat a rencontré la prisonnière Samah Khalil Ahmad Abdallah, détenue dans la prison de Telmond. Elle a 17 ans et est arrêtée depuis le 6 octobre 2004. Elle a été condamnée à deux ans et demi de prison. Samah est malade, elle souffre de rhumatismes et de maux dans les jambes. Elle n'est pas soignée.
 
Une prisonnière torturée lors de son interrogatoire à al-Moskobiyya
 
La prisonnière Fida' Ahmad Abdallah, de la ville d'al-Quds, détenue depuis le 11 février 2004, condamnée à trois ans et demi de prison et âgée de 30 ans a déclaré à l'avocat de Nadi al-Asir avoir été sauvagement torturée lors de son interrogatoire dans le centre d'al-moskobiyya, les premiers jours de son arrestation.
Témoignage de Fida'
 
"Le 11 février 2004, l'armée de l'occupation a encerclé l'immeuble avant d'investir la maison. Les soldats ont réclamé les papiers d'identité, ils avaient avec eux une photocopie de ma carte professionnelle, je travaillais au Croissant Rouge. Ils ont ensuite fouillé ma chambre et m'ont annoncé que j'étais arrêtée. Ils m'ont ensuit emmenée au centre Semiramis, près de ma maison. Le médecin qui se trouvait avec eux m'a demandé si je souffrais d'une maladie quelconque, puis ils m'ont attachée les mains à l'arrière, ont bandé mes yeux et ont commencé à me photographier. Ils m'ont emmenée ensuite dans une voiture militaire sur une longue distance. Tout au long de la route, les soldats m'insultaient et me disaient des mots grossiers.
 
Nous sommes arrivés à al-Moskobiyya. J'ai été poussée dans une cellule, et là ils m'ont fouillée. Ensuite, j'ai été emmenée au bureau des instructeurs, il y en avait deux. Ces derniers m'ont annoncée où je me trouvais. J'ai été interrogée pendant 23 jours de suite. J'ai été frappée, boxée sur la figure, j'ai été mise en position de shabeh à genoux. Pendant toute la durée de l'interrogatoire, je tombais par terre, tellement j'étais fatiguée. Les instructeurs me demandaient de me mettre sur la pointe des pieds, ils m'obligeaient à rester ainsi tout le temps. Je ne sentais plus mes jambes, j'avais très mal, et j'ai encore mal aux jambes, depuis cette période.
 
Au début de l'interrogatoire, j'ai mené une grève de la faim, mais malgré cela, ils m'apportaient à manger dans la cellule. Parfois, il se trouvait 11 instructeurs en même temps, l'un questionnait, l'autre frappait, un autre criait, et les autres insultaient, pour m'obliger à avouer.
 
Les instructeurs utilisaient des liens en métal pour couper le passage du sang. Ils me liaient les mains avec des menottes qu'ils fermaient au milieu du bras, et ensuite l'instructeur faisait pression sur ces menottes pour susciter une douleur insupportable. Ils me disaient que mes cris atteindraient Bab al-Amoud (une des portes de la vieille ville d'al-Quds). Ils ont utilisé cette méthode plusieurs fois le même jour, jusqu'à ce que ma main gauche soit entièrement vidée de sang et que les battements de mon coeur soient déréglés. Ils m'ont alors emmenée à l'infirmerie, m'ont obligée à prendre des médicaments, alors que je n'avais rien avalé pendant toute la journée.
 
Lors de l'interrogatoire, ils m'ont menacée d'arrêter les membres de la famille, de jeter ma fille dans la rue. Ils me disaient : "ta fille va mourir". Trois jours après le début de l'interrogatoire, ils ont amené mon père, mais lui ont interdit de me parler. L'instructeur m'avait seulement annoncé que mes parents étaient arrêtés, et si je n'avouais pas, ils resteraient en prison.
 
Lors de la présence de mon père, j'ai annoncé aux instructeurs que leurs méthodes ne servaient à rien, que je n'avouerai pas quelque chose que je n'ai pas commis. Lorsqu'ils ont sorti mon père de la pièce, ils se sont mis à me tabasser, sur tout le corps. L'un des instructeurs, dénommé Abu Yussouf, m'a menacée de me briser la tête, disant que je suis têtue et qu'il me presserait comme une orange.
 
Ensuite, ils m'ont descendu à la cellule. C'était une tombe, sombre, d'où se dégageait une odeur insupportable. Le ventilateur soufflait à fond de l'air glacé. J'étais frigorifiée. Ils m'ont alors menacée de me passer au détecteur de mensonge. J'y suis passée cinq fois, et à chaque fois, le résultat était que je mentais.
 
Lors de ma présence en cellule, le gardien entrait et me menaçait de coups. Ils ont essayé plusieurs fois de me faire tomber sur les escaliers, ils m'obligeaient à descendre les escaliers les yeux bandés et les mains attachées. Ils me frappaient sur le dos. Ils m'ont fait également écouter des voix de jeunes torturés. Tout cela, pour me faire avouer.
Lors de ma présence à al-Moskobiyya, le médecin de la Croix-Rouge n'est pas venu. Seul un avocat est passé 10 jours après le début de l'interrogatoire. Fida' se trouve actuellement dans la prison de Telmond.
 
Femmes palestiniennes résistantes et prisonnières
 
L'arrestation des femmes palestiniennes s'est intensifiée ces derniers temps. Le 5 juin 2006, 123 femmes sont détenues, dont 6 mineures et 21 mères de famille. Elles sont détenues dans les prisons de Telmond et Ramleh.
 
Le 4 juin, l'avocat de Nadi al-Asir a réussi à obtenir une visite à la prison de Telmond. Les prisonnières ont déclaré que les conditions de détention sont insupportables et humiliantes, pour tout être humain.
Les prisonnières affirment que les cellules sont surpeuplées, les lits font défaut, et plusieurs prisonnières sont obligées de coucher sur le sol.
 
Elles se sont plaintes de la prolifération des maladies de peau, à cause de l'humidité et le refus de la direction de les soigner, d'autant plus que les insectes et les cafards pullulent dans les cellules. Au cours des récréations, elles ne sont pas protégées du soleil très fort, ce qui suscite des maux de tête pour certaines. Elles sont interdites d'utiliser les douches pendant la période de récréation.
Elles souffrent du manque de circulation de l'air frais dans les cellules, et certaines souffrent d'une insuffisance respiratoire. Plusieurs femmes souffrent d'une situation psychologique très dure. Elles affirment manquer de vêtements et sous-vêtements, étant donné que leur nombre augmente et que la direction refuse l'entrée de nouveaux colis de la part des familles. Elles se sont plaintes des punitions collectives et individuelles que la direction de la prison poursuit, pour les raisons les plus futiles, ainsi que des fouilles provocatrices menées à chaque fois qu'elles sont obligées de se déplacer.
 
L'avocat a réussi à voir les prisonnières suivantes :
 
Maha Youssef Awad, de Nablus, arrêtée le 10 novembre 2004, 20 ans.
Lina Yaser Hadayde, de Tulkarm, 24 ans, arrêtée le 10 septembre 2005
Raha' Muhammad Umar Hih, d'al-Khalil, 20 ans, arrêtée le 10 septembre 2005
Linane Youssef Moussa Abu Ghalmeh, de Nablus, 25 ans, arrêtée depuis le 9 septembre 2004.
Muna Ramadan Muhammad Amayra, d'al-Khalil, 26 ans, arrêtée depuis le 9 novembre 2002.
Nariman Muhammad Ahmad Rawashde, de la ville d'al-Khalil, 30 ans, arrêtée depuis le 29 mai 2005.
Maysoun Ibrahim Mitour, de la ville d'al-Khalil, 27 ans, arrêtée depuis le 31 ocotbre 2003.
Fida' Sa'id Ahmad Abdallah, d'al-Quds, 30 ans, arrêtée depuis le 11 février 2004.
Nariman Muhammad Sadeq Hasis, de Jénine, 23 ans, arrêtée depuis le 10 février 2004.
 
Si vous souhaitez correspondre avec ces femmes résistant derrière les barreaux de l'occupation, à Telmond, vous pouvez envoyer vos lettres et vos cartes postales à :
 
"Nom, prénom"
Asharon prison
Even Yehuda
Zip code 40550
P.O.BOx 7
 
 
Exigeons la libération de tous les prisonniers palestiniens et arabes
des geôles de l'occupation sioniste
 
 
 
 
Pétition
 
Non au terrorisme de l'État d'Israël contre le peuple Palestinien
Signez et faites signer la pétition à l'adresse :
 
1546 signatures
 
 
 
__._,_.___

Pour vous abonner à ce groupe, envoyez un email à :
ForumCommuniste-subscribe@yahoogroups.com

Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm


 

20:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.