07/06/2006

07/06/2006: UN PREMIER RECUL DE SARKOZY DANS SA CHASSE AUX ENFANTS SANS PAPIERS ...


 
 
----- Original Message -----
Sent: Wednesday, June 07, 2006 12:53 PM
Subject: UN PREMIER RECUL DE SARKOZY DANS SA CHASSE AUX ENFANTS SANS PAPIERS

SANS PAPIERS
en lutte>>>coordination nationale
 
Communiqué de la CNSP
 
UN PREMIER RECUL DE SARKOZY DANS SA CHASSE AUX ENFANTS SANS PAPIERS :
800 sur plus de 15.000 enfants et 600.000 sans papiers, le compte n’ y est pas!
 
 
La nouvelle fortement médiatisée vient de tomber : une circulaire adoptée fin 2005 suspendait jusqu’à la fin de l’année scolaire l’expulsion des sans papiers élèves et leurs familles et donc renvoyait pendant les vacances la sale besogne. Mais « l’enfant d’immigré non choisi », le Ministre de l’Intérieur Sarkozy Nagy de Bosca, voyant manifestement que cette chasse aux enfants rappelle trop le Vel d’Hiv et Drancy des années pétainistes, vient d’annoncer une mesure de régularisation de 800 familles « d’enfants nés et scolarisés en France ».
 
Les sans papiers en lutte par des occupations à Marseille avec le Réseau éducation sans frontière (Resf), à Rouen, à Saint Denis, à Paris, à Lille, à Angoulême, à Poitiers avec une grève de la faim de 80 sans papiers, etc, le Réseau éducation sans frontière (Resf) composé d’élèves, d’enseignants, de syndicalistes, de parents, fortement mobilisé dans des actions multiples à travers le pays et les fortes mobilisations populaires au Mali et au Bénin où il s’était récemment rendu commencent à contraindre Sarkozy à un premier recul.
 
Sarkozy pose néanmoins des conditions incroyables : Les enfants doivent être nés en France, être scolarisés en France et NE parler QUE Français. Cet « enfant d’immigré » n’imagine pas une seule seconde que la bi-culturalité est une richesse et est un facteur structurant de l’enfant.
Aux temps bénis de colonies, le colonisateur enseignait à l’école coloniale que parler français à l’école est complémentaire de parler « indigènes » dans la société et dans sa famille. Maintenant Sarkozy Nagy de Bosca, ci-devant Ministre de la République « enseigne » le contraire. Il faut croire que n’ayant pas pu « bénéficier » du bilinguisme, l’éducation de notre cher Ministre de l’Intérieur laisse à désirer et ça se voit dans ses mesures à l’emporte pièce et sa peur viscérale de rater la présidentielle 2007.
 
La coïncidence est aussi frappante. Qui n’a pas remarqué que le recul de sieur Sarkozy tombe à pic avec la sorite « présidentialiste » de dame Ségolène, laquelle découvre la combinaison du blairisme et du pétainisme et chasse sur les mêmes terres électoralistes dans le sillage malsain et nauséabond de « monsieur » Le Pen ?
 
Les vertus électoralistes se conjuguent dorénavant à l’aune du « sécuritaire » et de « l’émigré(e) bouc-émissaire » distillée par la famille facho ainsi composée par le grand-père Le Pen, le père De Villiers, le fils Sarko et la fille Ségo.
 
Ah! Election présidentielle de 2007oblige, on a pas fini de voir les uns et les autres enterrés proprement et allègrement la République et sa devise Liberté, Fraternité, Egalité.
 
Le modèle non dit de cette famille rejoint par les ex-républicains Sarko-Ségo est les USA, pays de Bush descendants des esclavagistes blancs. Voyez vous mêmes le désastre social et raciste produit par les politiques libérales et patronales aux USA : Sur le plan social : « - Plus de la moitié des hommes noirs élevés dans les quartiers défavorisés des centres-villes n’ont pas terminé leurs études secondaires. (…) - En 2000, 65% des hommes âgés de 22 à 30 ans et n’ayant pas terminé leurs études secondaires étaient sans emploi, soit qu’ils n’aient pu en trouver un, soit qu’ils n’en aient pas cherché, soit qu’ils soient incarcérés. Or ce taux est passé à 72% en 2004 (il était de 34% pour les blancs et de 19% pour les latinos se trouvant dans des situations comparables). Le taux d’incarcération des noirs a augmenté alors même que le taux de criminalité a baissé.- Aggravation également de la situation des hommes noirs de 22 à 30 ans ayant terminé le lycée : 50% d’entre eux étaient sans emploi en 2004, contre 46% en 2000.- Le taux d’incarcération a grimpé au fil des années 1990, pour atteindre des sommets historiques : 24% des hommes noirs non étudiants âgés de 22 à 30 ans étaient en prison en 2004, contre 19% en 1995 - (…) Pas moins de six hommes noirs sur dix n’ayant pas terminé ses études secondaires ont déjà fait la prison à l’âge de 15 ans » - Environ la moitié des noirs âgés de 25 à 35 ans et n’ayant pas fait d’études supérieurs ont des enfants dont ils n’ont pas la garde » - A Detroit, le chômage se chiffre à 14,1% soit le double de la moyenne nationale. Environ 1/3 de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et la ville est à 82% noire. Dans le Comté d’Oakland de l’autre côté, habité à 83% par les blancs le revenu moyen des foyers y est 2 fois supérieur à celui des résidents du sud. Detroit est divisée entre blancs et noirs. Dans les années 50, Detroit comptait 2 millions d’habitants. Il y en a 900.000 aujourd’hui ; après les émeutes raciales de 1967, des centaines de milliers de blancs sont partis refusant de cohabiter avec des noirs émancipés par le mouvement des droits civiques. La mort lente de l’industrie automobile a entraîné la disparition de la classe ouvrière traditionnelle et la ville est parsemée d’immenses usines désertes et abandonnées, mais occupées par 13.000 sans abri ». Le Sida : « 25 ans après la découverte du premier cas d’infection par le VIH aux USA, si les noirs représentent 13% de la population totale, ils comptent pour 51% des nouveaux cas d’infection – Le virus touche 7 fois plus les hommes noirs que les hommes blancs, tandis que le taux d’infection des femmes noires est 20 fois supérieur à celui des femmes blanches »( Des statistiques éloquentes du Courrier international N°812 du 24 au 31 mai 2006).
 
Ensemble, continuons d’agir  pour faire échec à un tel projet en France.
 
 
Fait à Paris le 06/06/06

14:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.