20/06/2006

20/06/2006: de Jean-Marie FLEMAL, traducteur politique belge: Un autre « haut fait » américain fait surface

----- Original Message -----
Sent: Tuesday, June 20, 2006 12:11 PM
Subject: Dahr Jamail

Bonjour,
 
Un petit Dahr Jamail du 12 juin dernier.
 
Bonne journée,
 
JMF
 
OOOOO
 

Une dépêche irakienne de Dahr Jamail

http://dahrjamailiraq.com **

12 juin 06

 

Un autre « haut fait » américain fait surface

 

Inter Press Service

Dahr Jamail et Arkan Hamed



*BAGDAD, 12 juin (IPS) – Dans la foulée du massacre de Haditha, ont vu le jour des informations concernant d’autres atrocités au cours desquelles des militaires américains ont tué deux femmes à Samarra, avant de tenter de dissimuler les preuves de leur culpabilité.*


Parmi les innombrables cas dont les gens parlent, celui-ci vient d’être révélé.

Selon un compte rendu antérieur, le 30 mai, Nabiha Nisaif Jassim, 35 ans, mère de deux enfants, a été tuée par balles en même temps que sa cousine Saliha Mohammed Hassan, 57 ans, alors que toutes deux se rendaient en voiture à l’Hôpital Général de Samarra, où Nabiha devait accoucher.

Ce qui n’a pas été dit, prétend un enquêteur irakien des droits de l’homme qui s’est entretenu avec IPS tout en conservant son anonymat, c’est que les deux femmes ont été abattues chacune d’une balle dans la nuque par des snipers américains.

« J’ai enquêté moi-même sur l’incident et les deux femmes ont bel et bien été tuées par derrière », a déclaré l’enquêteur. « La cervelle de Nabija avait éclaboussé sa cousine, qui occupait la banquette avant, puisque Nabiha occupait le siège arrière. »

L’armée américaine a déclaré que les soldats avaient tiré sur la voiture après que celle-ci fut entrée « dans une zone clairement signalée comme étant interdite, à proximité d’un poste d’observation ». La voiture avait refusé de s’arrêter malgré « des avertissements visuels et sonores répétés ». L’armée américaine a affirmé dans une déclaration que « les coups de feu avaient été tirés pour empêcher le véhicule de poursuivre sa route ».

Le frère de la femme enceinte, Redam Nisaif Jassim, qui conduisait la voiture, déclara à IPS qu’il n’avait ni vu ni entendu le moindre avertissement de la part des militaires américains. Deux hommes, qui avaient assisté à l’incident depuis une maison toute proche, ont également dit qu’ils n’avaient pas perçu le moindre signal d’avertissement.

« Des meurtres de ce genre commis par les Américains se produisent quotidiennement en Irak », a déclaré Jassim. « Ils ne nous ont lancé aucun avertissement avant de tuer ma cousine et ma sœur. Bien sûr, nous savons qu’ils n’ont aucun respect pour les vies des Irakiens. »

L’armée américaine prétend que l’incident a fait l’objet d’une enquête.

Le massacre de Haditha, au cours duquel 24 Irakiens ont été tués, fait lui aussi l’objet d’une enquête, et en tant qu’incident et à propos de la dissimulation des faits, puisque le rapport initial rendu par le corps des Marines prétendait que 15 civils seulement avaient été tués par l’éclatement d’une bombe au bord de la route et au cours du combat contre des rebelles qui avait eu lieu ensuite.

Dans ce cas aussi, tous les signes indiquent qu’il y a eu dissimulation. « L’endroit où ils ont été tués par les Américains n’était absolument pas mentionné », a dit à IPS l’enquêteur des droits de l’homme. Dans le cas présent, un signal d’avertissement a été déposé par après à l’endroit où les deux femmes ont été tuées, a ajouté l’homme.

À l’instar du massacre de Haditha, cet incident lui aussi devrait faire l’objet d’une enquête à la fois en raison des deux meurtres et de la tentative de dissimulation, a-t-il dit.

Toujours selon l’enquêteur, les soldats américains qui ont tué les deux femmes n’ont manifesté aucune velléité de leur venir en aide après avoir tiré.

Le lendemain, Redam Jassim a été convoqué au bureau de police local. « Les Américains m’ont offert 5.000 dollars et m’ont dit que ce n’était pas une compensation, mais que c’était la tradition », déclara-t-il à IPS. Généralement, l’armée américaine paie 2.500 dollars de dommages et intérêts quand elle abat un Irakien. Jassim ajoute qu’il a refusé l’argent.

Récemment, l’armée américaine a annoncé dans un rapport du département de la Défense livré au Congrès qu’elle avait payé 19 millions de dollars de compensations aux Irakiens, l’an dernier – dont la moitié a été payée les Marines dans la seule province d’al-Anbar, à l’ouest de Bagdad.

L’armée a prétendu que ce montant avait été payé pour 600 incidents séparés, mais tout le monde sait en Irak que le dédommagement habituel pour la mort d’un civil non combattant est de 2.500 dollars.

Le paiement de 19 millions de dollars de dommages, à 2.500 dollars par personne, suggérerait donc que des milliers de personnes ont été tuées.

Jassim a déclaré à IPS et à l’enquêteur des droits de l’homme que l’interprète américain lui avait demandé de signer un papelard rédigé en anglais. La famille et les proches vivent dans un village appelé al-Muta'assim, à 40 minutes en voiture du principal hôpital de Samarra. La plupart des gens de l’endroit, à l’instar de Jassim, ne parlent ni ne lisent l’anglais.

Après avoir signé le papier, Jassim s’était vu proposer 2.500 dollars par les soldats américains, mais il avait de nouveau refusé. « Il est clair que les Américains essayaient de le flouer ainsi que de dissimuler leurs traces en même temps », a déclaré l’enquêteur à IPS. « Comme à Haditha, cet incident, et d’autres dont nous ne pouvons conserver de traces, requiert une enquête vraiment indépendante, plutôt que dirigée par l’armée américaine. »

Des appels téléphoniques et des e-mails adressés au porte-parole de l’armée américaine à Bagdad n’ont jamais reçu de réponse.

 

(c)2004, 2005 Dahr Jamail.

21:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.