10/10/2006

10/10/2006: LES MODELUXE DE CHILLY MAZARIN CONTINUENT LE COMBAT!

De : Imbongi [mailto:Imbongi@wanadoo.fr]
Envoyé : mardi 10 octobre 2006 10:22
À : MED
Objet : LES MODELUXE DE CHILLY MAZARIN CONTINUENT LE COMBAT!

 


Ils ont repris le travail, la rage au cœur, fiers et calmes dans leur double dignité de prolétaires de France,et de représentants, pour la plupart d'entre eux, de la noble communauté malienne de la région parisienne - dont les traditions spécifiquement africaines d'entraide, d'unité, d'ouverture, et de solidarité chaleureuse, se sont unies, dans ce conflit, comme dans d'autres, avant lui, avec la "conscience de classe" du mouvement ouvrier traditionnel, toujours aujourd'hui bien vivant... Comme l'ont montré, par exemple, jour après jour, auprès de ces immigrés en lutte, les syndicalistes solidaires de l'Union Locale CGT de Massy.

Une grève exemplaire, donc, emblématique, à plus d'un titre
.

En occupant les locaux de la blanchisserie à capitaux britanniques en charge du nettoyage des draps et du linge sale des plus prestigieux palaces parisiens, où ils peinent depuis des années, dans la vapeur et la sueur, pour de trop maigres salaires, et en "tenant" leur grève dans la durée, les MODELUXE de Chilly-Mazarin ne se battaient pas pour des avantages égoïstes (...)

Ils posaient dans toute sa force le problème central de l'immigration, comme on dit, "clandestine": en luttant contre le licenciement de leurs camarades de travail "sans papiers" (...)

 

Hypocrisie, aussi, du côté de la préfecture, et des services, donc d'un Ministre de l'Intérieur, candidat à la plus haute des fonctions, et habituel "chevalier blanc" (mauvais jeu de mots, encore), du "combat contre l'immigration clandestine". L'administration connaissait parfaitement la situation, et l'a couverte tant qu'elle a
pu...

Hypocrisie et faux-semblant, partout. Y compris du côté de ces faux-amis braillards des immigrés, qui réclament l'ouverture totale des frontières, à la force de travail humaine, comme aux marchandises matérielles, au nom d'une conception dévoyée de l'internationalisme...Mais l'internationalisme, noble, mais précise notion, n'a rien à voir avec le cosmopolitisme des "marchands d'homme", des marchands de chair humaine, et de leurs complices faussement idéalistes qui feignent d'ignorer les objectifs pourtant connus de tous les spécialistes de la politique d' "immigration choisie" de Sa
rkozy.

Car cette politique ne vise pas seulement, comme on dit, à substituer la "traite des cerveaux" à la traite des corps -celle de l'esclavage colonial, suivie par l'ancienne "immigration de travail", néo-coloniale, vidant l'Afrique, d'abord, puis tout le grand sud, de sa richesse essentielle, son sang: la force de travail (...).

Dans la continuité des projets secrets du CNPF (...) des années 70 , l' "immigration choisie" d'aujourd'hui (...) tend à substituer à une main d'œuvre issue du Maghreb ou de l'Afrique Noire (forte de ses traditions de lutte propres, et rôdée au combat ouvrier dans un pays, la France, dont elle a appris à connaître, au fil du temps, les mœurs, les ruses et les pièges) une "nouvelle immigration" venue de l'Europe de l'est(...)
Exactement comme la France néo-coloniale de la IVème, puis de la Vème République avait entrepris de remplacer le prolétariat polonais, avec ses Warcholak et ses Krasucki, résistants de choc, devenus syndicalistes de choc, par des Ahmed ou des Traoré qu'on espérait plus malléables...Une chaîne sans fin...

Pour ces raisons, si le combat des MODELUXE a servi à quelque chose - au-delà de la régularisation, voire, de la réintégration, des ouvriers sans-papiers cyniquement licenciés, toujours enjeu de la lutte - il permettra de remettre sur ses pieds le débat sur l'immigration - "clandestine",
ou pas...

 

En le reposant sur la seule base solide, la base de classe -celle, avant tout, de la défense des travailleurs immigrés, de leurs familles, et de leurs enfants des "cités" dévastées par le chômage, autour de l'organisation des travailleurs immigrés eux-mêmes, d'abord sur la base de l'entreprise, et des luttes d'entreprise...C'est là que se refonde en permanence, comme elle s'est toujours refondue, au fil du temps, au fil des luttes, défiant toutes les dissolutions, l'identité d'une classe ouvrière, et, autour d'elle, de tout un peuple de la "diversité" -un peuple aux mille couleurs, aux mille croyances, issues de mille brassages, qui fait l'identité de la France, et, dans le cas des MODELUXE de Chilly-Mazarin, de l'UL CGT de Massy, et des journalistes de l'Huma, s
a grandeur.

Jean-Paul CRUSE

Pour lire dans son intégralité cet éditorial publié sur le site le Monde Réel, nos précédents papiers sur cette grève, et toutes nos autres info – mort de DIANA, opération PLENEL à Libé, Palestine, etc.
Le Monde Réel
http://www.lemondereel.fr

Les commentaires sont fermés.