20/11/2006

19/11/2006: Les Vietnamiens boudent Bush

De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de laurent-lambert
Envoyé : dimanche 19 novembre 2006 0:24

Objet : [Transfer_info] ASIE : Les Vietnamiens boudent Bush

 

vendredi 17 novembre 2006, 11h30

 

Les Vietnamiens boudent Bush

 

HANOI (AP) - Dans une ruelle non loin du Sheraton où s'est installé George W. Bush à Hanoï, Tran Van Lac sert le thé à ses clients, dont un des policiers membre de l'impressionnant déploiement de sécurité entourant la visite du président américain au Vietnam. "La visite de Bush, je m'en fiche", lance-t-il.

 

"Ca ne me fait pas de bien, ça ne me fait pas de mal", ajoute le vendeur de thé.

 

Une ambivalence partagée par nombre de Vietnamiens. Et un contraste impressionnant avec l'accueil offert en 2000 à Bill Clinton, premier président américain à venir au Vietnam depuis la fin de la guerre en 1975: la population avait été séduite par son charisme, et par le fait qu'il était celui à avoir présidé à la normalisation des relations bilatérales.

 

Une foule massive et joyeuse avait à l'époque veillé tard et s'était déplacée jusqu'à l'aéroport, à une demi-heure de la ville, pour accueillir l'avion de Bill Clinton, arrivé à minuit.

 

Vendredi en fin de matinée, il y avait surtout des policiers pour recevoir George W. Bush au Sheraton, devant lequel un unique Américain travaillant pour la Chambre de Commerce agitait la bannière étoilée.

 

Quelques heures après son arrivée, Bush a évoqué le parallèle effectué entre l'actuel bourbier irakien et la guerre du Vietnam: "Nous avons tendance à vouloir le succès immédiat, et le travail en Irak va prendre du temps".

 

Huynh Tuyet, 71 ans, vétéran nord-vietnamien qui combattit les Français puis les Américains, estime que les Américains devraient apprendre qu'ils ne peuvent gagner contre une population motivée. "Ils étaient bien plus puissants avec toutes leurs armes massives, mais le facteur principal dans une guerre, c'est le peuple", souligne l'ancien combattant. "Les Vietnamiens étaient très déterminés. Nous n'avions pas l'intention de céder. C'est pour cela que nous avons gagné".

 

Et de juger que les Etats-Unis connaîtront le même sort en Irak. "L'Irak appartient aux Irakiens. Les Américains vont échouer là-bas, comme ils ont échoué ici. C'est évident".

Lorsque le convoi du président américain est entré dans Hanoï, les gens sur le bord de la route étaient un peu plus nombreux qu'à l'aéroport. Mais la plupart semblaient être des usagers de deux roues obligés à se garer par les responsables de la sécurité pour laisser passer le cortège, ou des riverains attirés hors de chez eux par l'agitation.

 

Mais d'autres pourtant étaient venus exprès: "je suis là parce que je suis curieux. Je veux voir Bush, je l'aime bien", expliquait Nguyen Van Dung, 35 ans. Certains enfin espèrent que la visite du président américain puisse avoir des conséquences économiques pour le pays, qui, malgré une croissance exponentielle, est encore loin de sortir de la pauvreté. "J'espère que sa visite aidera à créer plus d'emplois pour les Vietnamiens, qui n'ont pas de travail", a déclaré Do Minh Cuong, chauffeur d'une société qui envoie des Vietnamiens travailler à l'étranger. AP

 

nc/v

 

11:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usa, vietnam, guerre, colonialisme, histoire, romain, courcelles, presse, silence, fascisme, occupations, politique, imperialisme, oppression capitaliste, actualite, irak | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.