12/02/2007

11/02/2007: Belgique : Racisme anti-noir au quotidien

 

Belgique : Racisme anti-noir au quotidien 
06/02/2007

Début février 2007, comme il en serait à un autre moment, la Belgique continue de s’illustrer dans des actes de violence raciale et négrophobe qui ressemblent de plus en plus à une tendance européenne lourde et inquiétante… Pour les victimes. Entre des couples flamands qui refusent d’être mariés par un adjoint au maire noir et un motard blanc agressant sans autre forme de procès un jeune belge d’origine rwandaise qui rentrait chez lui avec son amie. Les journaux Le Monde en France et Le Soir en Belgique se sont faits, à leur façon, l’écho de ces actes inqualifiables.

 

Lorient Devisant de la rédaction Afrikara.com, fin connaisseur de la réalité sociopolitique belge, commentait ainsi ces faits graves : «N'oublions pas que ces faits succèdent à d'autres qui ont (eu) lieu ces temps derniers en Russie, Allemagne, France, etc. Isolés, ils ne relèvent que de faits divers sans importance, comme pourraient le laisser penser les deux journaux qui, sans doute, par l'absence de contextualisation à grande échelle les relativisent, ce qui pourrait les faire passer pour de simples dérapages, alors qu'en la matière, parler de dérapage relève, à mon sens, d'une démarche idéologique.»  

 

Instructif Le Monde n’utilise pas le mot racisme dans son titre, alors que Le Soir laisse planer le doute dans la responsabilité du racisme (anti-noir) -Rixe raciste (?)- et ne précise pas l’origine ethnique de la cause de l’agression du belge d’origine rwandaise, son amie blanche … Censure, autocensure, ou connivence, compréhension relative ou totale ?

 

 

Trois couples flamands refusent d'être mariés par l'échevin noir

 

(Le Monde, 05.02.07). Il s'appelle Wouter Van Bellingen, un nom bien flamand. Il parle le néerlandais. Il a été élu dans le Limbourg sur la liste du parti Spirit, une petite formation nationaliste de gauche qui réclame plus d'autonomie pour la Flandre dans le cadre de l'Etat fédéral belge. Trois couples ont toutefois refusé que le jeune échevin - adjoint au maire - de la ville de Saint-Nicolas les marie. Parce que Wouter Van Bellingen est noir.

Le principal intéressé ne se dit pas réellement étonné : "Le racisme est choquant, mais c'est une réalité." Décidé, souriant, il a appris, dit-il, à ne plus se soucier des "ouh, ouh, ouh" que lui lancent parfois des passants. Il s'amuse d'avoir "toujours plus de place que les autres dans les trains". Il ne s'attarde pas à cet autre incident : un jour qu'il ramenait à une dame le sac qu'elle avait oublié sur une banquette, il l'entendit demander à son mari si elle devait lui donner un pourboire. Et il encaissa surtout le commentaire d'un voisin : "Vous avez bien de la chance, parce que, d'habitude, ils retournent chez eux avec vos affaires."

Adopté, comme ses trois frères et soeurs, le jeune politique, premier élu noir de Flandre a, dit-il, senti monter le racisme au fil des années. "Au début, quand ma famille bigarrée sortait, les gens s'amusaient. Ensuite, certains ne nous voyaient plus que comme des "étrangers"."

Si cet ancien chef scout devenu fonctionnaire dans les services municipaux de la jeunesse a finalement accepté d'entrer dans un parti politique, c'est, dit-il, "pour offrir un monde meilleur à ses deux enfants". "Un terrible cliché, mais une vérité..."

 

Témoignages de sympathie

Depuis que le journal De Morgen a révélé, jeudi 1er février, sa mésaventure, les témoignages de sympathie pleuvent. Sa famille est inondée de fleurs, d'appels téléphoniques, de cartes postales. "Je ne m'attendais pas à autant de marques de sympathie, mais j'aurais préféré ne pas apparaître dans l'actualité comme le pauvre allochtone victime du racisme."

A Saint-Nicolas, l'extrême droite xénophobe a engrangé 25 % des voix aux dernières élections municipales. Le bourgmestre (maire) socialiste Freddy Willockx, affirme toutefois que sa ville est "l'une des plus progressistes de Flandre" et que "pour 90 % des habitants, la couleur de la peau n'a aucune importance". M. Willockx a assuré son adjoint de son soutien. En charge de la jeunesse, du développement durable et de l'état civil, Wouter Van Bellingen continuera à célébrer les mariages.

Le jeune élu rit en égrainant les trois options qui s'offrent à ceux qui n'aiment pas la couleur de sa peau : "Déménager, attendre six ans ou changer d'avis, parce que moi, je n'aurai aucun problème à les marier quand même."
Le Centre pour l'égalité des chances, un organisme parapublic de lutte contre le racisme, va se pencher sur l'affaire. Mais Wouter Van Bellingen refuse toute "chasse aux sorcières" : "N'ajoutons pas aux frustrations de ces gens."

 


Une rixe raciste à Alost fait un blessé

 

(Dimanche 04 février 2007, 13:58, Le Soir (Rédaction en ligne). Un homme de 31 ans a été grièvement blessé dans la nuit de samedi à dimanche à Alost à la suite d'une bagarre avec un ressortissant rwandais qui s'en était pris à lui parce qu'il lui avait fait des commentaires racistes, a annoncé le parquet de Termonde. Les faits se sont produits vers 04h30, dans le centre d'Alost. Joeri V.V., un jeune Alostois d'origine rwandaise de 21 ans, rentrait chez lui avec son amie de 18 ans, Virginie S., lorsque Thierry V, un  Alostois de 31 ans qui circulait à moto, s'est arrêté et s'en est pris au jeune homme en proférant des insultes racistes avant de frapper son amie avec son casque, a précisé le parquet.

La police locale d'Alost est alors intervenue et a séparé les antagonistes. Ceux-ci se sont alors séparés, avant de se retrouver quelques rues plus loin. Thierry V. est à nouveau descendu de sa moto pour s'en prendre à Joeri V.V., qui a tenté de s'éloigner. Mais le motard l'a rattrapé. S'en est suivie une rixe au cours de laquelle Joeri V.V. a frappé son agresseur avec une barre de fer.

Thierry V. a été transféré dans un état critique à l'hôpital d'Alost, où les médecins ont pu stabiliser son état. Joeri V.V. a été appréhendé après les faits. Mais il n'a pas comparu devant le juge d'instruction de Termonde, le parquet considérant les faits comme la conséquence d'actes commis par la victime. Joeri V.V. a donc été autorisé à rentrer chez lui moyennant le respect de certaines mesures probatoires.

(avec Belga)

 

 

Note :Trois couples flamands refusent d'être mariés par l'échevin noir, Le Monde, Jean-Pierre Stroobants Article paru dans l'édition du 06.02.07. Lien: http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3214,...

 

Note : Une rixe raciste à Alost fait un blessé Source :

Lien:http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2007/02/04/article_une_rixe_raciste_a_alost_fait_un_blesse.shtml 

10:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.