17/02/2007

14/02/2007: Afghanistan - Le Canada devrait se retirer si les choses ne changent pas

De : Antonio Artuso [mailto:pueblo@sympatico.ca]
Envoyé : mercredi 14 février 2007 3:04
À : 00-artusoantonio
Objet : Afghanistan - Le Canada devrait se retirer si les choses ne changent pas

 


Abonnement gratuit, désabonnement, changement d'adresse, commentaires : pueblo@sympatico.ca

To subscribe (free) or unsubscribe, to send your new address or your comments: pueblo@sympatico.ca

Suscribción gratuita, desuscribción, cambio de dirección, comentarios: pueblo@sympatico.ca


 

Cet article décrit le bourbier dans lequel se trouve le Canada en Afghanistan.

Le gouvernement canadien sait qu'il doit jouer quitte ou double!

Mais s'il s'entête à renforcer les troupes canadienne, le peuple canadien redoublera d'effort pour rejeter le gouvernement Harper et devra cesser d'appuyer des partis bourgeois d'opposition, lâches

 

J'ai ajouté quelques commentaires au bas de la page.  Alors que le mouvement pour la paix au Canada se prépare à manifester pour le retrait immédiat des troupes canadiennes de l'Afghanistan, les forces progressistes se mobilisent pour faire tomber le gouvernement conservateur Harper, gouvernement laquais du gouvernement Bush, complice de crimes contre la paix et de crimes de guerre.

 


----- Original Message -----

From: Por el Derecho de los Pueblos

To: ripdhcanada@yahoo.ca

Sent: Tuesday, February 13, 2007 4:13 PM

Subject: Le Canada devrait se retirer si les choses ne changent pas

 

************************************************************************************************

Abonnement gratuit, désabonnement, changement d'adresse, commentaires : ripdhcanada@yahoo.ca

To subscribe (free) or unsubscribe, to send your new address or your comments: ripdhcanada@yahoo.ca

Suscripción gratuita, desinscripción, cambio de dirección, comentarios: ripdhcanada@yahoo.ca

************************************************************************************************

 

Le Canada devrait se retirer si les choses ne changent pas

 

Ottawa -- La mission Canadienne en Afghanistan va mal,

et un coup de barre rapide s'impose.

Si rien n'est fait à court terme pour combattre les problèmes

qui se dressent devant les militaires canadiens,

il faudra considérer un départ hâtif de ce pays instable.

 

Alec Castonguay
Édition du mardi 13 février 2007

Mots clés : OTAN, Collin Kenny, Forces armées, Afghanistan (Pays), Canada (Pays)

 

«Une armée d'invasion ne peut pas rester indéfiniment en sol étranger, car la patience et les ressources financières ne sont pas inépuisables. Les talibans ont tout le temps devant eux. Les Canadiens sont-ils vraiment prêts à s'engager à des dizaines d'années d'intervention en Afghanistan?»

 

Un comité mixte du Sénat suggère de lancer des ultimatums à l'OTAN et à l'Afghanistan

Photo: Agence Reuters

 

Le Canada doit immédiatement changer plusieurs facettes de sa mission en Afghanistan s'il ne veut pas perdre cette guerre, estime un nouveau rapport sénatorial rendu public hier. Ce document propose 11 recommandations parfois percutantes, comme envoyer plus de militaires canadiens pour former l'armée et la police afghanes; exiger une réduction de la corruption; permettre aux soldats de faire davantage d'aide humanitaire; menacer ses alliés de l'OTAN pour qu'ils envoient des renforts dans le sud du pays, etc.

 

Ottawa -- La mission Canadienne en Afghanistan va mal, et un coup de barre rapide s'impose. Si rien n'est fait à court terme pour combattre les problèmes qui se dressent devant les militaires canadiens, il faudra considérer un départ hâtif de ce pays instable.


C'est le constat sombre auquel est arrivé le Comité sénatorial de la sécurité nationale et de la Défense. Le président du comité est un libéral, Colin Kenny, alors que le vice-président est conservateur, Michael Meighan. Le comité de neuf sénateurs s'est rendu deux fois en Afghanistan pour rédiger ce rapport de 16 pages qui contient 11 recommandations. Le document, intitulé Les troupes canadiennes en Afghanistan: il faut voir les choses en face, est écrit dans une langue franche qui va droit au but.


«Quiconque s'attend à l'instauration en Afghanistan d'une démocratie moderne capable d'assurer justice et services essentiels à la population d'ici quelques dizaines d'années rêve en couleurs», souligne le rapport. Sur le terrain, le bel optimisme du Canada et de ses alliés de l'OTAN n'a pas de sens, jugent les sénateurs. «L'OTAN se félicite de la tenue d'élections nationales, mais, dans les faits, celles-ci n'ont aucune signification pour les Afghans dans des endroits comme Kandahar.»


Les sénateurs tracent le portrait d'un Afghanistan ravagé par la corruption, dominé par les seigneurs de guerre et rongé par des talibans patients et riches d'une culture d'opium impossible à éradiquer. Selon le président du comité, Colin Kenny, le manque de stabilité dans le pays force les Afghans à choisir leur camp. «C'est comme une campagne électorale sans fin pour eux, a-t-il dit hier en conférence de presse. Les gens se demandent s'ils doivent appuyer les Occidentaux ou les talibans. Les gens se demandent si la solution ne serait pas de revenir avec les talibans, afin d'avoir plus de stabilité.»


L'un des principaux problèmes demeure la corruption généralisée. «Les fonctionnaires afghans sont notoirement corrompus à tous les niveaux, y compris au sein de la police et de nombreuses administrations régionales.» De plus, les talibans ont le temps de leur côté, disent les sénateurs.
«Une armée d'invasion ne peut pas rester indéfiniment en sol étranger, car la patience et les ressources financières ne sont pas inépuisables. Les talibans ont tout le temps devant eux. Les Canadiens sont-ils vraiment prêts à s'engager à des dizaines d'années d'intervention en Afghanistan?»


Des recommandations percutantes


Pour éviter un désastre, les sénateurs recommandent plusieurs pistes de solutions, dont une augmentation de l'effort militaire canadien. «Il faut donner un coup pour stabiliser la situation», a dit Michael Meighen. Le comité demande donc au gouvernement d'envoyer 250 instructeurs militaires supplémentaires pour appuyer la formation de l'armée afghane. Les sénateurs recommandent aussi l'envoi de 60 policiers supplémentaires pour la même raison. Le Canada a déjà 2500 militaires en Afghanistan.


Mais le comité estime qu'Ottawa ne peut tout faire seul, c'est pourquoi il recommande d'exiger une plus grande participation militaire des autres pays de l'OTAN dans le sud du pays. Et si cette demande ne reçoit aucun écho favorable, le Canada devra menacer ses alliés de se retirer du pays plus rapidement que prévu, affirment les sénateurs.


Autre recommandation sous forme d'ultimatum: si le gouvernement afghan ne met pas en place une stratégie de lutte contre la corruption d'ici 12 mois, le Canada devrait reconsidérer son engagement à long terme.


Les sénateurs jugent également que l'armée doit faire davantage de reconstruction à Kandahar, puisque les ONG ne peuvent y travailler en sécurité. Un budget de 20 millions, provenant de l'ACDI, devrait lui être accordé en attendant que la sécurité soit de retour. Ce budget est actuellement autour de quatre millions de dollars et provient des fonds de l'armée. Se sachant en porte-à-faux avec la philosophie des ONG internationales qui détestent voir des militaires dans les activités de reconstruction, le comité précise qu'«en temps normal, les militaires ne sont pas les mieux placés pour assurer la prestation de l'aide, mais, en Afghanistan, la situation n'est pas normale».


Ottawa doit aussi accentuer son aide agricole pour inciter les cultivateurs à délaisser la culture du pavot et de l'opium, qui sert à enrichir les coffres des seigneurs de guerre et des talibans. De plus, une zone tampon, sorte de nouvelle frontière, devrait être créée en territoire afghan pour sécuriser la frontière très poreuse avec le Pakistan, d'où proviennent les insurgés étrangers.

 

http://www.ledevoir.com/2007/02/13/130980.html

 

 

Des soldats canadiens tirent par erreur sur un convoi de l'armée afghane

 

http://www.ledevoir.com/2007/02/13/130973.html

 

Réseau international pour les droits humains

International Network for Human Rights

Red Internacional Pro-Derechos Humanos

 

Por el Derecho de los Pueblos

"2007: Año del Socialismo en el Siglo XXI"


 

LE PEUPLE CANADIEN DOIT AGIR IMMÉDIATEMENT

 

Le peuple canadien doit agir immédiatement : (1) il doit exiger que le Canada se retirer immédiatement de l'Afghanistan; (2) il doit faire tomber immédiatement le gouvernement conservateur Harper.  Ces deux objectifs sont réalisables, urgents, indispensables et exigent un réveil rapide et énergique des mouvement démocratiques, de secteurs entiers de la population, de chacun de nous.  Ce changement profond est dans l'intérêt des peuples canadien, afghan et du monde.  Des signes montrent clairement la montée du fascisme et de la guerre.  Les peuples doivent se réveiller.

 

1) La guerre du Canada en Afghanistan est illégale, immorale, injustifiable.  Le gouvernement Harper a les mains couvertes de sang.  L'armée recrute des jeunes analphabètes politiques, les transforme en chair à canon docile, qui croit servir la démocratie et le peuple canadien.  Ils reviennent morts ou mutilés, sacrifié pour les profits des transnationales US et quelques entreprises canadiennes.  Si le droit international existait, un tribunal jugerait nos dirigeants pour crimes contre la paix, complicité avec des crimes de guerre US et avec l'emploi de la torture par le gouvernement Karzai, entre autres violations du droit international.   Harper et ses complices sont responsables de la mort et de la souffrance de milliers de civils et des soldats canadiens.  La présence étrangère renforce la détermination et l'organisation des peuples de tous les pays de la région contre les envahisseurs impérialistes.

 

2) Ce ne sont pas les partis bourgeois d'opposition qui mettront fin à la guerre, mais la mobilisation du peuple canadien, de toutes ses organisations démocratiques.  Les partis bourgeois se sont montrés si lâches, si dociles, si peureux de perdre la faveur du grand capital US ou canadien, du sionisme, des plans fascistes de Bush.  Les partis bourgeois préfèrent sacrifier la justice internationale par opportunisme et il nous faut des orientations politiques radicalement favorable au peuple et non aux monopoles.

 

3) Le peuple afghan a toujours repoussé tous les envahisseurs, de génération en génération, depuis l'Antiquité, depuis l'invasion d'Alexandre le Grand, qui n'a pas pu le mâter.  Que veut le peuple afghan?  Se gouverner lui même et le retrait des forces d'occupation.  Le gouvernement fantoche US de Karzaï a été imposé par la violence des USA.  Il n'a aucune légitimité, aucun prestige, aucune autorité.  Un gouvernement mis en place par l'étranger est un gouvernement fantoche, qui ne mérite que du mépris.  Aucune force étrangère ne peut imposer la démocratie à un autre pays.  Le peuple afghan lutte pour la démocratie en expulsant d'abord les troupes étrangères qui ont envahi le pays, imposé un gouvernement et l'occupent toujours alors que les conditions se détériorent au point où aucune discussion n'est possible.

 

4) Que veut le gouvernement Harper, les laquais comme lui et les impérialistes?

 

Transformer l'État canadien en un gouvernement vassal du l'État fasciste US, le Canada en une colonie des États-Unis, les ressources naturelles et la main-d'oeuvre canadiennes en un bassin de richesses pour les transnationales US, l'armée canadienne en un détachement colonial de l'armée US, les institutions canadiennes en des institutions de plus en plus calquées sur celles des USA.

 

Faire de l'Afghanistan et du reste du monde un territoire sécurisé pour les intérêts capitalistes, en particulier pour l'impérialisme US.  Sécuriser tous les continents par les déstabilisations de gouvernements, les coups d'État, les bombardements, les guerres-éclair, les massacres et les expulsions de populations pour leurs voler les terres, occupations de territoires.

 

Faire ce que veulent les grands capitalistes, les grands actionnaires, les dirigeants d'entreprises : des profits de milliards de dollars de toutes les régions du monde, une fois que l'Afghanistan, le Pakistan, l'Iran, l'Irak, la Palestine, le Liban seront états-unisés.  Remettre l'Amérique latine au pas, déclencher toute la répression possible et transformer à nouveau ces pays à feu et à sang en dictatures au service des transnationales.  Et le plus vite possible car tous les pays luttent avec courage pour instaurer le socialisme du 20ème siècle, tirant des leçons des 45 années de luttes parfois atroces, depuis la glorieuse Révolution cubaine, après les terribles dictatures militaires au service de l'impérialisme (1964-1984 au Brésil et tant d'autres terribles dictatures et massacres par les gouvernements fascistes dirigés par Washington).

 

Pour dominer, les impérialistes doivent réaliser une autre transformation profonde, qui doit s'ajouter lentement aux transformations écomiques, politiques, militaires, structurales : la transformation idéologique des citoyens/ennes canadiens/iennes en des supporters de l'impérialisme US après un lavage de cerveau : remplacement des valeurs canadiennes par le fondamentalisme chrétien, la foi en l'"American way of life", la culture superficielle et fascisante de l'industrie du spectacle ou le raffinement égoïste et vain de la petite-bourgeoise, des techniciens et technocrates des grandes entreprises, la transformation de la jeunesse, des adultes et des personnes âgés en personnes qui ne se définissent que par quelques variations de goûts dans une consommation uniforme, terre à terre, animale.  Une civilisation dont la seule idéologie est le consumérisme.

 

Un capitalisme constitué d'êtres aux cerveaux lavés, sans esprit, sans coeur, sans âme, des individus vidés de toute réflexion éthique, incapables d'éprouver des sentiments humains de solidarité, d'indignation, de révolte devant les massacres, les guerres, les pillages, la torture, endormis alors qu'on détruit la planète, ignorants qu'ils sont en train de détruire les fondements idéologiques scientifiques de la planète.  Des être devenus marchandise, consommateurs consommés, êtres devenus solitaire, cynique.

 

5) La militarisation du Canada par Harper et l'acceptation de l'appui total aux guerres impérialistes, au sionisme, aux massacres des peuples pour les profits des transnationales.  Pour l'instant Harper a volé 17 milliards de dollars des fonds publics constitués avec les taxes et les impôts des travailleurs/euses canadiens/iennes : 17 milliards pour moderniser l'armée canadienne, qui n'iront pas à la santé, à l'éducation, aux services sociaux, aux Premières nations, à tous les services du gouvernement que Harper est en train de détruire.

 

6) Et pourquoi appuyer Harper?   Les Canadiens/iennes ont vite compris.  Dans tous les domaines le gouvernement Harper a des politiques contraires aux intérêts du peuple canadien.  Harper est pour les privatisations, pour les concessions aux industries US dans les accords de libre échange, aide les monopoles du blé US en détruisant la Commission canadienne du blé et en ruinant les cultivateurs canadiens.  Les travailleurs/euses canadiens/iennes et le peuple canadien en général sont en train de réfléchir et comprennent toujours plus que nous devons changer radicalement de politiques dans tous les domaines, entre autre en adoptant une politique de souveraineté nationale et en étatisant l'industrie du pétrole et du gaz.

 

Le gouvernement de Harper n'est en fait qu'un gouvernement de type états-unien, au service des États-Unis et qui préfigure un Canada qui serait absorbé par les États-Unis et qui ne formerait qu'une seule puissance impérialiste. 

 

Le gouvernement Harper a assez duré!

 

Antonio Artuso - mardi 13 février 2007 - Montréal - pueblo@sympatico.ca

15:45 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.