21/04/2007

21/04/2007: Non à l’inculpation de Wojciech Jaruzelski par le fascisant pouvoir polonais...

De : cisc [mailto:comite-honecker-national@wanadoo.fr]
Envoyé : samedi 21 avril 2007 17:42
À : roro; CARLO
Objet : prière de diffuser largement, merci d'avance
Importance : Haute

 

camarade,

tu peux envoyer  cette info avec tes listes de diffusions ?

merci d'avance

amitièes  internationalistes.

stéphane dubois

            ******

"Nous vous informons de la mise à jour de notre site, avec plus particulèrement une déclaration sur la situation en Pologne et la fascisation en Pologne."

 

www.comite-honecker.org

 

l'admnistrateur du site 

 

pensez à vous inscrire à notre liste de diffusion

à partir du formulaire situé en bas de la page d'accueil. 

 

Non à l’inculpation de Wojciech Jaruzelski par le fascisant pouvoir polonais

 

http://www.comite-honecker.org/europeest.htm

 

Il y a quelques années, les dirigeants « pluralistes » de la « social-démocratie » au pouvoir à Varsovie avaient tenté en vain d’interdire le PC polonais Prolétariat ; exploitant les résolutions négationnistes du Conseil de l’Europe et du « parlement » européen, les cléricaux intégristes qui dirigent la Pologne et qui ne font pas mystère de leurs sentiments antisémites et homophobes, se livrent actuellement à une furieuse chasse aux sorcières ; pour faire oublier aux ouvriers polonais paupérisés les acquis du socialisme, plein emploi, logement bon marché, accès gratuit à un enseignement de bon niveau, médecine gratuite, laïcité, égalité des sexes, le pouvoir a mis en place une loi dite de « lustration » qui viole le droit international et la liberté de pensée en obligeant les Polonais, sous peine de révocation, à déclarer leurs relations passées avec les institutions du régime légal et internationalement reconnu de la République populaire.

 

Des millions de Polonais sont menacés par cette police des esprits qui amalgame le nazisme, exterminateur de millions de polonais juifs et non juifs, et l’URSS, qui a libéré la Pologne de l’occupant nazi, de ses camps d’extermination et des rapports d’exploitation féodaux qui sévissaient avant guerre.

 

Ajoutant tous les jours à cette surenchère revancharde, les jumeaux Kaczynski, clones de Mac Carthy, veulent supprimer leur modeste retraite aux héros communistes de la Brigade Internationale Dombrowski qui défendirent la liberté du monde en allant en Espagne combattre au péril de leur vie le fascisme de Franco et de ses alliés, Mussolini et Hitler.

 

Et voilà maintenant que la « justice » revancharde polonaise s’attaque au général Jaruzelski et à Stanislaw Kania, ancien premier secrétaire du Parti ouvrier unifié polonais (PZPR).

 

Jaruzelski, héros de la Résistance antifasciste (ce qui doit être une circonstance aggravante pour les dirigeants polonais actuels !), dirigeait l’état-major polonais en 1980 quand la crise éclata entre le POUP, qui s’était écarté des principes socialistes, et le « syndicat » Solidarnosc, financé et « conseillé » par le Pape et par les USA.

 

Aux portes de la guerre civile, le pouvoir polonais proclama l’état d’urgence conformément aux lois en vigueur. Il ne faut pas oublier le contexte géopolitique : après la guerre du Vietnam et la défaite de l’impérialisme US, une seconde guerre froide contre « l’Empire du Mal » avait été déclenchée par l’impérialisme occidental pour déstabiliser le camp socialiste et alimenter la course aux armements nucléaires qui culmina sous Reagan avec l’implantation des euromissiles US braqués sur Moscou.

 

Devenu premier secrétaire du POUP en remplacement de Kania, Jaruzelski fit preuve de fermeté mais s’efforça aussi d’ouvrir le dialogue, dans les conditions qu’on imagine, et alors que la tension ne cessait de monter entre les deux blocs de part et d’autres du territoire polonais. En définitive, même s’il fallut déplorer plusieurs morts dans cette période, Jaruzelski et le POUP s’efforcèrent de ménager une démocratisation du pays qui préservât la propriété socialiste. Mais avec l’arrivée de Gorbatchev, Jaruzelski accepta que cette « transition » prît un tour ouvertement antisocialiste et contre-révolutionnaire : le pouvoir fut bradé à Solidarnosc et à sa direction cléricale et pro-occidentale (Walesa)… ce qui ouvrit une brèche à la contre-révolution dans le camp socialiste en en URSS : bien entendu, la réaction mondiale, européenne et polonaise n’est pas reconnaissante, bien au contraire !

 

Quant au peuple polonais, il a déjà jugé puisque Walesa a obtenu 3% aux dernières élections auxquelles il a osé se présenter et qu’un sondage très sérieux a montré que le dirigeant le plus populaire des dernières décennies en Pologne est… Edward Gierek, ancien mineur en France et dirigeant du POUP dans les années 70 (va-t-on lui faire un procès posthume ?).

 

Depuis lors on a vu comment les « revendications » des ouvriers du chantier naval de Gdansk ont été « satisfaites » : le chômage s’est massivement étendu, des millions de Polonais ont faim et ne peuvent plus se soigner, les chantiers Lénine ont massivement licencié dans l’indifférence des hypocrites « défenseurs » anti-communistes des droits de l’homme ; des centaines de milliers de Polonais émigrés sont redevenus de la chair à profit pour la Grande Europe capitaliste où, à coups de circulaires Bolkestein, ils sont utilisés malgré eux pour casser les acquis sociaux et le droit du travail des pays occidentaux, comme c’était le cas avant-guerre avec la Pologne féodale qui exportait des milliers de paysans pauvres pour crever de silicose dans le Pas-de-Calais.

 

Mais cela n’empêche pas les fascistes polonais au pouvoir de comparer l’antifasciste Jaruzelski à… Goering ! Cette fausse symétrie entre nazisme et communisme insulte les héros de Stalingrad qui ont sauvé le monde des barbares; elle banalise le nazisme, qui a exterminé des millions de gens, et vise à criminaliser les luttes anticapitalistes dans toute l’Europe, à réprimer la nostalgie du socialisme à l’Est, à réhabiliter la pire réaction, le cléricalisme, l’intégrisme et le nazisme, dont les dirigeants polonais d’avant-guerre firent le lit en refusant de s’allier à l’URSS pour bloquer la prévisible invasion nazie de leur pays.

 

Le CISC (Comité Internationaliste de Solidarité de Classe) appelle les démocrates, y compris non communistes, à condamner le nouveau mac-carthysme qui menace les libertés partout. Au moment où Fini, le néo-fasciste italien, et son adjointe Alessandra Mussolini (!) pressent l’UE d’interdire les PC (!), au moment où Sarkozy fait préfacer par Fini la traduction italienne de son livre, il est évident que la Bête immonde s’enhardit dans cette UE dans cette nouvelle Sainte Alliance contre-révolutionnaire qu’est l’U.E. Aujourd’hui on embastille Jaruzelski ; demain les anticapitalistes, souverainistes, alter-mondialistes, tous ceux qui s’opposent à l’Empire européen, y passeront au nom du « pluralisme » !

 

Hommes veillez !

 

20:37 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.