28/04/2007

25/04/2007: Si même la France ne peut pas résister en battant Sarkozy...

 

De : CGPA-MGB [mailto:cgpa-mgb@aliceadsl.fr]
Envoyé : mercredi 25 avril 2007 11:05

Objet :
Si même la France ne peut pas résister en battant Sarkozy...

 

Appel de Jean Bricmont (24/4/07)

Si même la France ne peut pas résister en battant Sarkozy...

Les néo-conservateurs et leurs alliés ont perdu le soutien de l'électorat aux États-Unis, en Italie, en Espagne et en Angleterre-il ne leur reste qu'un seul espoir important : la France, avec l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République.

Il suffit de lire la presse étrangère pour voir qu'il est de loin le candidat préféré des néo-libéraux (leur porte-parole, The Economist, montre sur sa couverture ce nouveau Louis XVIII en Napoléon) et des néo-conservateurs. Ils ne le soutiennent pas simplement comme ils soutiendraient n'importe quel candidat de droite, mais parce qu'il est le seul homme politique français important qui incarne leurs idées.

Pour eux, c'est l'espoir d'en finir une fois pour toutes avec l'hydre à deux têtes constituée par ce qui reste de modèle social français et de la politique indépendante de la France.

Aucun homme politique français, et certainement aucun candidat à la présidence de la République, n'a été aux États-Unis dire qu'il se sentait étranger dans son propre pays, dire qu'il est fier qu'on l'appelle Sarkozy l'américain et considère comme arrogant le discours d'un premier ministre français (de Villepin à l'ONU en 2003) qui a fait l'admiration du monde entier.

Sa victoire représenterait une inféodation de la France à l'étranger comme il n'y en a jamais eu dans le passé, sauf suite à des défaites militaires.

La question n'est pas de savoir si on aime ou non Ségolène Royal ou si on fait ou non confiance à elle et à son parti. Bien sûr que les socialistes au pouvoir ne tiendront pas leurs promesses.

Mais il vaut mille fois mieux, pour le mouvement social, qu'il ait en face de lui des socialistes qui ne tiennent pas leurs promesses qu'un Nicolas Sarkozy qui les tient.

Il vaut mille fois mieux avoir une présidente mal élue, élue par des gens qui votent contre son adversaire et non pour elle, que quelqu'un que toute la presse française et internationale présentera comme ayant un mandat pour mettre en oeuvre un programme plus radical encore que celui qu'il promet.

Vaincre Sarkozy, c'est aussi montrer, comme cela a été fait le 29 mai, que la presse n'est pas toute puissante.

Il faut, entre les deux tours, réanimer les collectifs qui ont fait échouer le Traité Constitutionnel, refaire vivre la campagne anti-Le Pen de 2002, faire connaître les écrits et les paroles de Sarkozy. Que la « gauche de la gauche », qui a su si bien de diviser au premier tour, s'unisse au deuxième dans un combat explicitement anti-Sarkozy.

Les Français qui, par indifférence ou par fausse pureté morale laisseraient gagner Nicolas Sarkozy, en s'abstenant, doivent penser au message que son élection enverra dans le reste du monde, et surtout dans le tiers-monde : si même la France ne peut pas résister à l'hégémonie américaine, alors qui pourra le faire ?

C'est une dangereuse illusion de croire que « tout va sauter » si Nicolas Sarkozy est élu. Il y aura sans doute des émeutes, mais elles seront réprimées. La France n'est pas dans une situation pré-révolutionnaire. Le mouvement social devra travailler de nombreuses années avant d'arriver à une alternative crédible et réalisable.

Il est vrai que le projet néo-conservateur finira par échouer -mais grâce à la lutte des peuples du Moyen-Orient. Le peuple français peut néanmoins lui infliger une défaite très simplement et sans tirer un seul coup de feu : en disant non à Nicolas Sarkozy le 6 mai.

Jean Bricmont

13:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.