20/05/2007

30/04/2007: Un message du Parti communiste du Canada ...

De : Antonio Artuso [mailto:pueblo@sympatico.ca]
Envoyé : lundi 30 avril 2007 14:54

Objet : Message 1er mai Parti communiste du Canada

 

 


Un message du Parti communiste du Canada

 

Le 1er mai 2007

 

Choisissons la survie de l'humanité!

Choisissons l'action!

 

Solidarité globale

 

«Ce "style de vie", système ou mode de production, et les types de relations sociales sur lesquels il est basé, ne sont tout simplement pas viables.  L'humanité doit trouver une manière de vivre fondamentalement nouvelle, autre que le système capitaliste dominant et que sa tendance insatiable à piller notre planète afin d'en tirer plus de profits et de richesses (...)»

 

 

Un peu plus tôt cette année, à Paris, le Panel intergouvernemental sur les changements climatiques a présenté son second rapport, dans lequel il décrit sans détours les destructions que les émissions toujours croissantes dues à la combustion d’hydrocarbures ont déjà causé à notre environnement.  De plus, les changements climatiques causeront à travers le monde des engloutissement de villes et de villages côtiers, des inondations, des périodes prolongées de sécheresse, l'extinction accélérées d'espèces vivantes, des crises de production agricole, la généralisation de la pauvreté, la propagation de maladies, entre autres conséquences, surtout dans les pays les plus pauvres et les moins développés, et parmi les peuples les plus appauvris et marginalisés.

 

En essence, le Panel intergouvernemental sur le changement climatique a révélé clairement ce que plusieurs millions de personnes savaient déjà depuis des décennies : ce "style de vie", système ou mode de production, et les types de relations sociales sur lesquels il est basé, ne sont tout simplement pas viables.  L'humanité doit adopter une manière de vivre fondamentalement nouvelle, autre que le système capitaliste dominant et que sa tendance insatiable à piller notre planète pour en tirer plus de profits et de richesses, et, dans le cas contraire, la survie même de l'humanité sera menacée.

 

Dans un discours prononcé il y a quinze ans à Rio de Janeiro, le président cubain, Fidel Castro, a proposé de remplacer la fameuse sentence de Rosa Luxembourg «Socialisme ou barbarie» en affirmant que dans le monde aujourd'hui nous devons choisir entre le socialisme ou l'extinction.

 

Heureusement, de plus en plus de travailleurs/euses à travers le monde passent à l'action pour bâtir un autre société, qui constitue une option viable au capitalisme parvenu au stade de la mondialisation, du militarisme et de la guerre.  Cette nouvelle société est en train de prendre forme très clairement en Amérique latine grâce à la croissance de la gauche et des mouvements anti-impérialistes dans tout le continent.  Suivant l'exemple héroïque de Cuba, la socialiste, à laquelle le Venezuela, la Bolivie et d'autres forces et États progressistes se sont joints, les peuples de cette partie de l'hémisphère affirment clairement : «Il y a un autre choix, il y a une autre voie possible!» et des millions de personnes ont déjà adopté cette option.

 

L'année prochaine ou peut-être bientôt, au cours de ce printemps, les Canadiens/iennes seront appelés/ées à voter à de nouvelles élections fédérales.  Et encore une fois, le peuple aura à faire un choix on ne peut plus clair.

 

Depuis janvier 2006, les conservateurs de Harper ont le vent en poupe et roulent pratiquement à fond de train.  Ils ont doublé le budget militaire tout en réduisant les budgets des programmes environnementaux et ceux visant l'égalité sociale.  Avec l'appui d'une trentaine de députés libéraux, ils ont réussi à faire adopter la prolongation de la mission militaire en Afghanistan jusqu'en 2009 et ils ont l'intension de poursuivre cette occupation injustifiée et inutile encore plus longtemps.  Ils ont abandonné l'engagement du Canada relativement à l'accord de Kyoto sur le réchauffement mondial, abandonné le programme national de garderies et annulé l'accord signé avec les Autochtones à Kelowna.  Et ce qui est encore plus inquiétant, ils ont nommé en douce et systématiquement des néo-conservateurs de droite au Sénat, dans plusieurs ministères du gouvernement et dans des tribunaux du Canada.

 

L'adoption par les conservateurs d'une aussi grande partie de leur programme, en dépit du fait que leur gouvernement soit minoritaire, est une preuve de la faiblesse et du manque de détermination des partis de la soi-disant "opposition" et du fait que plusieurs députés, particulièrement dans les bancs libéraux, sont appuient volontiers les politiques de droite et militaristes du parti au pouvoir au sein de la Chambre.

 

Mais ne nous trompons : les conservateurs sont la force politique la plus dangereuse qui soit sur la scène fédérale.  Ils représentent les secteurs les plus agressifs du grand capital, des transnationales et des banques du Canada, ils sont au service des intérêts des grandes entreprises, qui veulent transformer fondamentalement la nature et le rôle du gouvernement fédéral et l'État canadien dans son ensemble :

 

En quoi consistent ces grandes "transformations"?  Voici une courte liste :

 

- l'accroissement du rôle répressif de l'État, c'est-à-dire des forces armées, des forces policières, des tribunaux et du système carcéral, entre autres, accompagné par le démantèlement des fonctions redistributives de l'État, telles que les soins de santé, l'éducation publique, les programmes de retraite, l'aide sociale, entre autres;

 

- l'élimination des "contraintes" qui règlementent les affaires, telles que les normes de protection de l'environnement, de protection des travailleurs/euses, les structures de salaire minimum et le droit des travailleurs de se syndiquer et de faire la grève, tout cela au nom de la "flexibilisation" et de la "compétitivité"; et :

 

- l'accélération du processus d'abandon total de la souveraineté du Canada, particulièrement la perte du contrôle souverain des ressources énergétiques, de l'eau et des autres ressources naturelles, par l'imposition, à sa place, d'une "Union nord-américaine" sous le contrôle ferme des entreprises impérialistes états-uniennes.

 

Tel est, en bref, le véritable programme du capital financier canadien et international, le programme appliqué de la façon la plus claire et la plus agressive par Stephen Harper et le Parti conservateur.  Aussi longtemps que les conservateurs seront au pouvoir, nous assisterons comme nous le faisons chaque jour, chaque semaine et chaque mois à l'application toujours plus accentuée de ce programme.

 

Voilà pourquoi une campagne concertée et coordonnée doit être entreprise par le mouvement syndical et par les mouvements populaires, et pourquoi il est si urgente aujourd'hui de défaire le programme que Harper a choisi pour servir les grandes entreprises.  En fait une telle riposte coordonnée a fait défaut depuis longtemps.

 

Comme nous l'avons dit dans notre message pour le Premier mai l'année passée : «Nous devons placer, dès que nous le pourront, le programme de Harper sur la défensive pour forcer les conservateurs à battre en retraite, et, au cours du processus, créer des divisions et du désarroi dans leurs rangs.  C'est seulement de cette façon que nous pourrons battre les conservateurs aux prochaines élections, quelle que soit la date de celles-ci.  Personne ne doit sous-estimer les dommages que ce gouvernement peut et va causer (et qu'il est en fait en train de causer) en détruisant les droits des travailleurs/euses, des femmes, des jeunes, des aînés, des peuples autochtones et les minorités nationales [...] si on leur permet de mettre librement en pratique leur programme.»

 

Le mouvement de résistance a pris de l'ampleur au cours de l'année dernière, mais plusieurs occasions de vaincre les conservateurs ont été ratée, d'une part parce que les partis de l'opposition, particulièrement le NPD, n'ont pas mené les luttes qui auraient été importantes au sein du Parlement, et d'autre part parce que les directions du mouvement syndical sont restées passives au lieu de mobiliser un véritable mouvement de riposte hors du Parlement.

 

Malgré ces faits, les forces de Harper sont toujours plus dénoncées et plus vulnérables sur une série de questions : la guerre, l'environnement, l'égalité sociale, la justice sociale, l'"intégration profonde" avec les États-Unis et les droits démocratiques.

 

Les mouvements et les forces populaires se trouvent devant un choix décisif à faire : nous pouvons continuer à nous retrouver toujours dans les cordes, encaissant passivement coup après coup au cours de cette offensive brutale, chaque coup affaiblissant et divisant davantage les forces populaires et rendant toujours l'ennemi plus fort et plus enhardi, ou agir avec détermination et lancer une contre-offensive.

 

En ce Premier mai choisissons cette option : nous devons organiser la riposte contre le programme des conservateurs et des grandes entreprises, afin de bloquer ce gouvernement et chasser les conservateurs de leur postes!

 

Le Premier mai 2007

 

 

Adhérez au Parti communiste du Canada

 

Adhérez au parti dont la priorité est le peuple d'abord, pas les profits, le parti qui lutte pour un Canada socialiste!  Pour de plus amples informations et pour adhérer, contactez-nous :

 

Parti communiste du Québec (section du Parti communiste du Canada)

3981, av. Barclay, app. 5, Montréal (Québec) Canada H3S 1K9

Bureau : (514) 737-7817

Courriel : pueblo@sympatico.ca

 

Parti communiste du Canada

290A Danforth Ave., Toronto, ON, M4K 1N6

Tel. : (416) 469-2446

Courriel : info@cpc-pcc.ca

Internet : www.communist-party.ca

 

 

Abonnez-vous à «Clarté»,

le journal francophone pour le peuple, pas pour les profits

Huit numéros : abonnement régulier : 20,00$ - abonnement de soutien : 30,00$ et plus

 

Abonnez-vous au «People's Voice»,

le journal anglophone pour le peuple, pas pour les profits

Abonnement d'une année :                   25,00$

Abonnement de deux ans :                   45,00$ et plus

Faible revenu - une année :                   12,00$

Hors du Canada - une année :               25,00$US ou 35$Can

 

People's Voice

706 Clark Drive, Vancouver, BC, Canada V5L 3J1

20:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.