31/07/2007

01/06/2007: C'est le diable qui les rassemble ...

C'est le diable qui les rassemble

La Havane, 1er.06.07(ACN) Comme c'était à prévoir, W. Bush décida que le terroriste Luis Posada Carriles  ne va pas payer pour les crimes qu'il a commis, comme celui du 11 septembre 2001 et ce en récompense des « services rendus » à la CIA et à la phobie de la révolution cubaine qu'a la Maison Blanche.

Le journal Granma a publié un article sous le nom « Tradition de famille du clan Bush » dans lequel il rappelle que l'actuel gouvernement des États-Unis construit des prisons internationales, voire secrètes, refuse les accords internationaux tout en jugeant sans garanties procédurales ses captifs de la guerre antiterroriste, cependant protège des criminels notoires dont les victimes sont des citoyens cubains et d'autres nations.

Il dit que Orlando Bosch, Posada Carriles, Pedro Remón, Guillermo Novo Sampoll et Gaspar Jiménez Escobedo, entre autres, ont leurs mains tachées de sang et pourtant la justice étatsunienne et d'autant moins l'actuelle administration, ne les font pas s'asseoir sur le banc des accusés pour leurs crimes  de lèse-humnaité.

Ainsi demeurent impunis les assassins de Sergio Pérez Castillo, fonctionnaire cubain qui est mort à cause de l'explosion d'une bombe qui a détruit le 12ème étage du bâtiment où se trouvaient les bureaux de la Représentation commerciale  de Cuba à Montréal le 3 avril 1972.

Dans un document du FBI daté du 16 août 1978 l'on dit qu'au mois de juin 1974 Orlando Bosch avait reconnu d'avoir envoyé des colis-bombes aux ambassades de Cuba à Lima, au Pérou, à Madrid, en Espagne, à Ottawa, au Canada et à Buenos Aires, en Argentine.

Le 9 août 1976 ils ont séquestré, torturé et fait disparaître    Jesús Cejas Arias et Crescencio Galañena Hernández, fontionnaires à l'ambassade de Cuba à Buenos Aires.

C'était le temps où agissait l'organisation criminelle dénommée CORU,créée par Bosch, Posada Carriles et d'autres acolytes, qui en cette année-là avaient commis des dizaines d'actes terroristes contre des entités cubaines et d'autres pays latino-américains qui entretenaient des relations avec Cuba.

Maintenant ces deux personnages sinistres du monde de la violence et du crime, Orlando Bosch et Luis Posada Carriles, terroristes notoires du continent américain, sont vus ensemble causant drôlement aux salons du Club Big Five, le club le plus distingué et élégant de Miami, comme s'ils étaient des innocents qui font des projets en vue de participer à la prochaine fête de carnaval dans ce club luxueux.


MMF

Service en langue francaise
Agence cubaine d'information
frenchnews@ain.cu www.cubainfo.ain





El Diablo los junta


_______________________________________________
Frances mailing list
Frances@ain.cu
http://ainch.ain.cu/mailman/listinfo/frances

22:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : silence, democratie, usa, terrorisme, imperialisme, cuba | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.