18/12/2007

18/12/2007: Ce que le Dalaï Lama ne dit pas ...

 -------- Message original --------

Sujet: [JUGOINFO] Ce que le Dalaï Lama ne dit pas ...
Date: Tue, 18 Dec 2007 08:35:37 +0100
De: Coord. Naz. per la Jugoslavia <jugocoord@tiscali.it>



(In occasione del tour europeo del Dalai Lama, e visti gli onori con i quali è accolto indistintamente da esponenti di centro-sinistra-destra ed in particolare, in Italia, da esponenti del governo Prodi, diffondiamo la presentazione di questo interessantissimo libro di Elisabeth Martens, « Histoire du Bouddhisme tibétain, la Compassion des Puissants », che ricorda le origini reazionarie-feudali e gli ammiccamenti nazisti del buddismo tibetano.
Una ampia raccolta di articoli in lingua italiana e link in varie lingue sulla "moda" del Dalai Lama - e sull'appoggio occidentale ai secessionismi anticinesi - si trova alla pagina:




Ce que le Dalaï Lama ne dit pas sur le Tibet et sur sa doctrine

Elisabeth Martens


Les raisons qui m’ont poussé à écrire ce livre qui va à l’encontre des idées toutes faites à propos du Tibet, de son histoire et de sa religion : de plus en plus d’amis proches écoutaient religieusement les discours du Dalaï Lama, se disaient sympathisants du Bouddhisme tibétain, et du même coup, adhéraient aux thèses du mouvement pour l’indépendance du Tibet. Au point où moi-même - plus sensibilisée à la question tibétaine parce que j’ai habité en Chine trois ans et parce que je donne des cours sur la pensée chinoise -, j’ai été amenée à me positionner. Dès lors, je me suis documentée et j’ai constaté que les informations disponibles, ici en Occident, à propos de l’histoire du Tibet et du Bouddhisme au Tibet sont soit détournées, soit inexistantes. De là, ma recherche.
« Histoire du Bouddhisme tibétain, la Compassion des Puissants », 
édition L’Harmattan, collection « Recherches asiatiques », 2007 
ISBN : 978-2-296-04033-5, prix : 25,50 € 


Texte de présentation du livre 

Mon livre, résultat de cette recherche, raconte l’histoire du Bouddhisme tibétain (lire : BT dans la suite du texte), depuis sa formation jusqu’à son actualité brûlante ; il est divisé en trois parties distinctes : entrée, plat consistant et dessert... comme un bon repas de famille après lequel on n’a plus qu’à aller faire la sieste ! Pas de panique : il est écrit dans un style allègre et avec un brin d’ironie, ce qui allège la digestion. Toutefois il peut se lire comme trois petits livres, chacun relatant une époque du BT. L’entrée de notre petit repas familial concerne la période de gestation du BT, depuis l’enseignement du Bouddha (6ème AC), jusqu’à la formation de l’école bouddhiste qui, au 9ème PC, s’implante sur le Haut Plateau Tibétain : le Vajrayana ou Véhicule tantrique ou Tantrisme. Après avoir esquissé le Dharma (ou « enseignement du Bouddha »), je rappelle la scission que connut le Bouddhisme au 1er PC et les cheminements différents du Hinayana et du Mahayana (Petit et Grand Véhicules). Je survole ensuite l’évolution du Mahayana en Inde avec ses senteurs hindouistes et la naissance du Vajrayana au 6ème PC. 

Je raconte un peu plus longuement l’entrée du Mahayana en Chine, son utilisation politique lors de l’éclatement de l’Empire chinois, et les questions que le Bouddhisme a posé à la pensée chinoise. Celle-ci, ne pensant pas en-dehors du monde physique et temporel, limité et duel, qui est le nôtre, n’était pas prête à entendre le message de délivrance du Dharma : pour la Chine, la souffrance (la « dukkha » du Bouddhisme) est l’autre facette du bien-être, et qui ne connaît pas l’un ne peut jouir de l’autre. Il n’empêche que la venue du Bouddhisme en Chine a placé celle-ci au pied de son mur philosophique : « transcendance ou immanence ? », la question était clairement posée. La Chine, après un millénaire d’influence bouddhiste, a résolument opté pour la dialectique et le Relativisme. Comme vous pouvez le constater, j’ai profité de cette première partie pour me poser des questions philosophiques et existentielles : qu’est-ce qu’une religion ? comment la distinguer d’une philosophie ? l’enseignement du Bouddha n’est-il pas aussi une religion, malgré ce qu’en disent actuellement ses adeptes ? quel est le rôle des religions dans la vie psychique des êtres humains ? quel est leur rôle dans l’évolution d’une société ? les religions sont-elles encore nécessaires ? ne peut-on se passer de la religion tout en développant notre côté spirituel ? etc. Autant de questions auxquelles je m’attarde, sans doute pour mettre mes propres idées au clair, tout en sachant que ces questions touchent la plupart d’entre nous. Donc, cette première partie de mon livre est écrite comme un essai. 

La seconde partie du livre est le « plat consistant », le gros oeuvre après le hors-d’œuvre. Il s’agit de l’histoire du Bouddhisme au Tibet, depuis son arrivée au Tibet (vers le 6ème PC) jusqu’à sa pratique actuelle, au Tibet. Pour engager cette partie de l’histoire, j’ai voulu planter le décor : qu’appelle-t-on le « Tibet » avant l’arrivée du Bouddhisme ? La géographie du Haut Plateau explique comment des êtres humains ont atterri si haut et si loin de tout, dans des régions qui sont devenues inhospitalières, alors qu’elles ne l’étaient pas lorsque les premiers venus s’y sont installés. Qui sont ces gens, d’où venaient-ils ? 

On s’aperçoit que ce que nous appelons le « peuple tibétain », sont des populations composites : les unes venant de l’Ouest (Asie centrale), les autres du Sud-Ouest (vallée de l’Indus), ou du Sud-Est (fonds des forêts birmanes), de l’Est (vallée du Yangzi), et du Nord (vallée du Fleuve Jaune). Cette diversité ethnique est encore visible aujourd’hui : d’une vallée à l’autre, l’architecture des maisons, les vêtements et même la langue, sont parfois différents. De ce fait, avant l’arrivée du Bouddhisme qui, au Tibet, a servi de ciment culturel et politique, le Haut Plateau tibétain était sillonné de populations de croyances et de cultures nettement plus variées. Leurs cultes étaient animistes et elles étaient influencées par une religion venue, semble-t-il, de l’Ouest (Asie centrale) : le Bön. Depuis le 4ème AC, il existait bien un petit royaume tibétain dans la vallée centrale du Yarlong (ou Brahmapoutre) avec la dynastie des Tubo, mais ce n’est qu’au 7ème PC que le roi SongTsen Gampo voulut agrandir son territoire. A la manière du célèbre Gengis Khan, le roi réunit les diverses populations du Haut Plateau en vue d’attaquer son puissant voisin, la Chine des Tang. Et c’est là que tout commença : la Chine repoussa les Tibétains, puis l’empereur des Tang offrit au roi tibétain sa fille en mariage. 

Cette première alliance entre la Chine et le Tibet permit au Bouddhisme (école chinoise du JingTu) d’entrer à la cour royale du Tibet, où il resta coincé pendant quelques siècles. Au 9ème, la dynastie Tubo s’effrite et plonge les Tibétains dans l’instabilité politique, et ce jusqu’à l’arrivée des Mongols (13ème). Pendant ce temps-là, au 11ème, le Nord de l’Inde est assailli par des marées musulmanes. Or c’était justement dans le Nord de l’Inde que se trouvaient les plus importantes écoles du Tantrisme (ou Vajrayana formé en Inde vers le 6ème PC). Sous l’assaut des Musulmans, les maîtres tantriques fuient l’Inde et se réfugient de l’autre côté des montagnes de l’Himalaya : dans un Tibet sans foi ni loi. Le Bouddhisme, version tantrique, connaît alors une véritable explosion au Tibet : les maîtres importent les textes sacrés et les font traduire en tibétain (dont l’écriture est proche du sanskrit), les communautés tantriques se multiplient à vive allure, les écoles se subdivisent en de nombreuses sous-entités, dont les derniers nés (au 14ème) sont les plus connus : les Bonnets Jaunes. Les populations tibétaines, soumises jusque-là au bon vouloir des seigneurs et aux rivalités entre grandes familles de la noblesse tibétaine, se convertissent en masse au Bouddhisme et se mettent au service des communautés tantriques: la structure ecclésiastique du Tantrisme leur apporte sécurité et stabilité. 

De cette manière, le Bouddhisme a permis d’instaurer au Tibet une société féodale. Le pouvoir est partagé entre la noblesse tibétaine et les communautés bouddhistes, plus de 90 % de la population est placée en servitude. C’est un système bien huilé qui va perdurer jusqu’à la moitié du 20ème siècle, pour le bonheur et le plaisir de quelques uns (noblesse et autorités tantriques) et au détriment de l’écrasante majorité (serfs et esclaves). L’arrivée des Mongols au 13ème ne va que conforter la structure féodale du Tibet ; les Mongols feront du Tibet une annexe de leur Empire chinois. Les Mandchous qui contrôlent l’Empire chinois du 17ème au 19ème divisent la Chine en 18 provinces ; depuis, le Tibet est une des 18 provinces chinoises. 

Or, à la fin du 19ème, la Chine se vend par concessions successives et de plus en plus ridicules aux puissances occidentales. Le Tibet qui, grâce à la puissance de son pouvoir ecclésiastique, a amassé de grandes richesses, est convoité par les Anglais : le lieu de villégiature privilégié des lords britanniques pendant la saison des moussons - Darjeeling, Kalimpong, le Sikkim, etc.- sont autant de régions où aboutissent les caravanes de laine et de sel en provenance du Tibet. Constatant l’intérêt gourmand des Tsars russes pour le Haut Plateau, les Anglais ne font ni une ni deux : ils envahissent le Tibet, s’installent et ouvrent des comptoirs de commerce. Se retroussant les moustaches, ils jouent au bridge et au tennis devant le palais d’été du 13ème Dalaï Lama, principale autorité tibétaine à cette époque, sans omettre de l’inviter à une partie de badminton. Le grand Lama se trouble : Mandchous, Russes, Anglais, et même Japonais se pressent sur le pas de sa porte et louvoient dans les couloirs du Potala. « L’accord de Simla », qui devait être signé en 1913, signe en réalité le désaccord entre la Chine, le Tibet et l’Angleterre : la Chine ne cèdera pas le Tibet à l’Angleterre, le Tibet restera chinois ; plus tard, les Nations Unies approuveront. 

Suite à la Seconde Guerre Mondiale, les Anglais sont remplacés par les Américains sur le Toit du Monde, et les parties de bridge par des boîtes de biscuits à l’huile d’arachide offertes par le président Roosevelt. Cette fois, le jeune 14ème Dalaï Lama est tiraillé entre, d’une part, la Chine communiste qui lui fait miroiter le développement économique du Tibet et une relative autonomie dans les prises de décisions concernant la politique intérieure du Tibet, et d’autre part, les Etats-Unis qui lui promettent une sécurité financière et logistique et une complète indépendance dans un futur à déterminer. Somme toute, il préfère les biscuits, même à l’huile de cacahuète. En 1959, il prend ses cliques et ses claques et s’en va avec ses tambours et ses trompettes, plus quelques carpettes, on ne sait jamais si elles commençaient à l'éviter. Ce que le Bouddhisme est devenu au Tibet suite au départ du Dalaï Lama, qu'elle a été son évolution, ses périodes difficiles, sa reconstruction, le regain d’intérêt de la Chine pour le BT, tout cela est relaté dans la fin de la seconde partie du livre. Vous l’aurez compris, ce second chapitre est une étude historique, fruit d’un long travail de documentation (voir biblio). J’ai voulu écrire cette partie, plus ardue pour le lecteur, dans un style naturel et laissant apparaître une progression dans le récit. 

Le dessert, comme tous les grands desserts, plonge d’abord l’assemblée dans un profond silence, un recueillement presque méditatif, mêlé d’une certaine gêne, pour exploser ensuite en un fou rire général et se terminer en une bonne humeur communicative. Bref, je me suis beaucoup amusé dans le dernier chapitre et pour cause : dérision et autodérision étaient les fils conducteurs de ce pamphlet. Il retrace l’étrange parcours que le BT connut en Occident. Au 19ème, il fut recueilli avec ferveur par Helena Blavatsky, fille d’un colonel tsariste, et mise en contact avec des maîtres tantriques dès son jeune âge. Grâce à ses soins attentifs, les rites du BT vont servir, parmi d’autres pratiques ésotériques, à calmer les frayeurs de la bourgeoisie face à la montée du Socialisme. 

Les successeurs de l’école de Théosophie fondée par Blavatsky ne sont autres que les nombreuses nébuleuses du New Age qui, dès le début du 20ème, défendront les thèses les plus « réactionnaires » : nostalgie des époques révolues, retour vers la terre-mère, culte de la race pure et des racines aryennes cachées dans les replis de l’Himalaya... un langage que l’idéologie nazie n’aura pas beaucoup de mal à récupérer avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale. 

Pour le Dalaï Lama qui débarque en Europe fin des années 70, il valait mieux mettre ce passé récent au portemanteau des oubliettes. Avec l’aide de son généreux sponsor étasunien, il s’y est pris avec intelligence et patience : depuis 50 ans (un demi siècle !), la même histoire du pauvre roi-dieu déchu de son trône par l’horrible diable rouge à queue fourchue nous est servie au Mac Donald des mythes modernes, réveillant en nous le même archétype du bon père de famille qui acquit sa liberté et celle de son clan grâce à l’exil et à la souffrance, les mêmes clichés quant à la tolérance, la compassion, le détachement qui seraient les qualités innées du BT, le même déni systématique de l’histoire du Tibet, bref, le même manque de discernement dès qu’il s’agit de la question tibétaine. 

Pourtant, dès qu’on se demande les raisons qui ont poussé les Etats-Unis à faire un tel cas de leur « citoyen modèle » (le Dalaï Lama vient de recevoir, des mains de G.W.Bush, la médaille d’or du meilleur citoyen américain, juste pendant que se tenait le congrès quinquennal du PCC !), la réponse est limpide : au lendemain de la « Grande Guerre », il était une effigie idéale pour soutenir la lutte contre le communisme chinois. Puis, dans la foulée de la guerre du Vietnam et du mouvement hippie, le Dalaï Lama a mis ses efforts dans un « retour aux sources du Bouddhisme », en nettoyant le BT de son aspect ésotérique et en le « philosophisant » (c’est depuis qu’on dit, chez nous, que le Bouddhisme n’est pas une religion mais une philosophie). Cela permit aux semi bourgeois intellectuels et post-68, que nous sommes, de ne plus « bêtement » croire en Dieu, mais d’adhérer au nouvel « athéisme qui embrasse l’absolu ». Qui plus est, le Bouddhisme, dans sa version dalaïste, ne demandait pas d’engagement, ce qui convenait parfaitement à notre egotisme. 

Ce fut une étape délicate dans l’opération de séduction qu’entreprit le BT sur l’Occident intellectuel, mais ce fut une réussite, couronnée par un prix Nobel discerné au grand Dalaï en ’89, peu après les événements de la Place TianAnMen et la chute du Mur de Berlin ! Réussite totale pour le Dalaï Lama, à tel point qu’actuellement, une large majorité de la gauche intellectuelle, même celle qui se dit « progressiste » ou, encore plus, celle qui se dit « écologiste », et même en accord avec la droite (dont on ne peut pas vraiment dire qu’elle soit intellectuelle) adhère sans réserve à ses discours. Mais si le Dalaï Lama met « l’Occident pensant » dans sa manche en utilisant sa propre religion, n’est-ce pas pour mieux servir les desseins des Etats-Unis : fragiliser la Chine, la déstabiliser de l’intérieur par nos assauts incessants du « politiquement correct », pendant que les troupes américaines installent leurs bases militaires tout autour des frontières chinoises. 

---

TABLE des MATIèRES 

Introduction 

Chapitre 1 : le Bouddhisme avant son entrée au Tibet 

1.1. L’enseignement originel du Bouddha, le Dharma 

Siddhârta Gautama, le Bouddha historique 
La Transcendance bouddhiste : un Au-delà de la souffrance 
Quelques originalités de la réflexion du Bouddha 
« Les Quatre Nobles Vérités et le Sentier aux Huit Embranchements » 
Le karma et la loi de « Cause à Effet » 

1.2. Le Bouddhisme du Grand Véhicule, le Mahayana 

Schisme fatal dans la communauté bouddhiste (1er AC) 
Le Petit Véhicule se dirige vers l’Asie du Sud-Est 
Le Grand Véhicule ouvre ses portes à l’ésotérisme 
Principe de Vacuité, fondement des écoles du Grand Véhicule 
Ecoles de la « Voie du Milieu » et de la « Pratique du Yoga » 
La Vacuité bouddhiste et la physique quantique 
Convergences entre Bouddhisme, Taoïsme et Relativisme 
Divergences entre pensées bouddhiste et chinoise 
D’où nous vient la pensée de la Transcendance ? 
La poésie du « sentiment océanique » 
Modèle chinois d’adoption de notre condition humaine 
En Inde comme en Chine, le panthéon mahayaniste se multiplie 
Le Tantrisme ou Vajrayana, ultime sursaut bouddhiste 
« Expérimenter » : Voie tantrique vers l’Eveil 
Le Tantrisme : paradis perdu ou enfer retrouvé ? 
Fusion tantrique entre maître et disciple 
Les divinités tantriques s’accouplent à leur shakti 
Où donc se cache Siddhârta Gautama ? 

1.3. Expansion du Grand Véhicule en Chine 

Contexte de la Chine lors de l’arrivée du Bouddhisme (1er PC) 
L’entré du Bouddhisme en Chine passe quasi inaperçue 
Idéologie des Han lors de l’arrivée du Bouddhisme 
La pensée holiste des Han, source d’inspiration pour le Tantrisme ? 
A la recherche de l’unité perdue... ou acceptation de nos dualités ? 
Le Bouddhisme s’installe en Chine grâce à sa confusion avec le Taoïsme 
Le Bouddhisme, pacificateur des populations du Nord de la Chine (3-6ème PC) 
Le JingTu, école bouddhiste la plus populaire en Chine 
L’école du Vide, mais de quel « vide » s’agit-il ? 
Au Sud, les avis sont partagés entre « gradualistes » et « subitistes » 
Indianisation du Bouddhisme chinois et naissance du Tantrisme en Inde 
Durant les Tang (7-9ème) : apogée du Bouddhisme chinois et contact avec le Tibet 
Première répression du Bouddhisme en Chine : l’édit impérial de 845 
Le MiZong, ou « l’école du Mystère », atteint le Tibet 

Chapitre 2 : Histoire du Bouddhisme au Tibet 

2.1. Paysages du Tibet avant l’arrivée du Bouddhisme 

Le Plateau tibétain entre déserts, précipices et autres monstres sacrés 
Le Bön, religion autochtone du Tibet 
Première phase du Bön, reflet d’une société tribale et matriarcale 
Polyandrie et démographie, de l’ancien Tibet au Tibet moderne 
Seconde phase du Bön, naissance d’une doctrine influencée par l’Hindouisme 
Le yungdrung, ou swastika, emblème du Bön 

2.2. Phase d’implantation du Bouddhisme au Tibet (7-9ème) 

Le Bouddhisme chinois sert les ambitions de Songtsen Gampo, roi des Tubo 
Les conquêtes des Tubo génèrent un changement de structure sociale 
Le Bouddhisme, catalyseur du patriarcat tibétain 
Padmasambhava, maître tantrique indien, devient le père du Bouddhisme tibétain 
Première école du Bouddhisme tibétain : l’école des Nyingmapa 
Troisième phase du Bön et sa division en blanc, noir et zébré 
Fin de règne des Tubo et premières persécutions bouddhistes 

2.3. Renaissance du Bouddhisme tibétain (9-11ème) 

Le Bouddhisme tibétain se réinstalle peu à peu sur le Haut Plateau 
Une floraison de nouvelles écoles : Sakyapa, Kagyupa, Kadampa, etcetera 
Le tantra de Kalachakra ou du « Maître de la Roue du Temps » 
Le Royaume de Shambala : mythe ou réalité ? 
Le Kalachakra revendique son authenticité 
L’Islam, ennemi principal du Bouddhisme tibétain 
Quels sont les autres ennemis de la « Bonne Doctrine » ? 
Le rituel de Kalachakra œuvre-t-il pour la paix dans le monde ? 
Le Tibet, l’écrin précieux des trois Véhicules 
La population du Tibet subit les sévices de Kalachakra 

2.4. Expansion du Bouddhisme tibétain (12-13ème) 

La dynastie mongole des Yuan annexe le Tibet à l’Empire chinois 
Les Mongols se convertissent au Bouddhisme tibétain 
Phagpa Rinpotché nommé « précepteur impérial du Tibet » 
L’histoire du « Bardo Thödol », le « Livre tibétain des morts » 
Le Bardo Thödol à l’occidentale 
Le Bouddhisme tibétain s’étend aux steppes mongoles 

2.5. La réforme du Bouddhisme tibétain (14-15ème) 

Tsongkapa, réformateur du Bouddhisme tibétain et fondateur des Bonnets Jaunes 
Retour à un « Gradualisme » modéré pour l’école des Bonnet Jaunes 
Les trois étapes de la Voie du Milieu 
Mantra, mudra, mandala : voies sacrées de Réalisation 
La petite porte du fond : voie douteuse vers la Réalisation 
Le fulgurant succès des Bonnets Jaunes 
Hiérarchie et discipline chez les Bonnets Jaunes 
Le système des « tulkous » assure la succession et le maintien des biens 

2.6. Le règne des douze premiers Dalaï Lamas (15 -19ème) 

Le titre honorifique de « Dalaï Lama » est conféré par Altan Khan 
Guerre civile entre écoles bouddhistes : le massacre de Drepung 
Construction du palais du Potala sous le règne du Grand Cinquième 
La dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) place le Tibet sous son contrôle 
La compagnie de Jésus rencontre le Bouddhisme tibétain 
Guerre civile pour un Océan de Sagesse : second massacre de Drepung 
L’établissement du « kashag », assemblée gouvernementale tibétaine 
Les Mandchous tracent les frontières de la province tibétaine 
Code civil tibétain décrété par les Mandchous 
Du 8ème au 12ème Dalaï Lama : un siècle meurtrier pour les Dalaï ! 
Au 19ème, le Bouddhisme tibétain doit composer avec L’Empire britannique 
La Russie des Tsars contaminée par le tantra de Kalachakra 

2.7. Le Bouddhisme tibétain sous influence occidentale (19-20ème) 

Des slaloms périlleux pour le Grand Treizième ! 
Une demande d’indépendance du Tibet avancée par le 13ème Dalaï Lama 
Quelle modernisation pour quel Tibet ? 
L’héritage spirituel et temporel du Grand Treizième 
Le Bouddhisme tibétain s’allie à l’impérialisme nippon 
En 1940, intrônisation du 14ème Dalaï Lama 

2.8. Le Bouddhisme tibétain sous drapeau chinois (20-21ème) 

En 1951, l’Armée Populaire de Chine arrive à Lhassa 
Un début de règne difficile pour le 14ème Dalaï Lama 
Le 14ème Dalaï Lama : « semi-bouddhiste, semi-marxiste » ? 
Guerriers du Bouddha, soldats de la Libération et agents de la CIA sur le Toit du Monde 
L’organisation de la résistance tibétaine est soutenue par la CIA 
Exil du Dalaï Lama : forcé ou volontaire ? 
Dharamsala, centre névralgique du mouvement pour l’indépendance du Tibet 
Quelle démocratie à Dharamsala ? 
La première bévue de la Chine : l’Arunachal-pradesh 
La Révolution Culturelle, qu’eut-elle de « culturel » ? 
Bouddhisme ou marxisme : risque de dérapage des « ismes » 
Une grave erreur du PCC : avoir voulu éradiquer les religions 
Résurgence du Bouddhisme tibétain sur le Haut Plateau à partir des années 80 
Les émeutes de 1987 et 1988 à Lhassa 
Amélioration du niveau de vie pour les Tibétains 
Sa Sainteté le Dalaï Lama, prix Nobel de la Paix 
Un nouvel objectif pour le Dalaï Lama : la re-bouddhéisation de la Chine 
L’encerclement de la Chine par les USA 
La réponse de la Chine 
Liberté de religion en République Populaire de Chine ? et le FaLunGong ? 

Chapitre 3 : Le Bouddhisme tibétain en Occident 

3.1. Le Tibet, un mythe né en Occident 

Quelques caractéristiques du Bouddhisme qui favorisent son implantation 
Contexte idéologique de l’Europe lors de l’arrivée du Bouddhisme tibétain (19ème) 
Le trait d’union : Helena Blavatsky, une étoile parmi les Tsars 
La Société théosophique en marche contre le Matérialisme 
Fin du 19ème, les touristes sont mal venus sur le Toit du Monde 
D’Alexandra David-Neel à Lobsang Rampa, fils de plombier anglais 
C.G. Jung et R. Wilhelm, un espoir pour l’orientalisme 
Deux dissidents de la Théosophie : Krishnamurti et Steiner 
Big Brother surveille les galaxies du Verseau 
René Guénon : la « Tradition universelle » vient du Tibet ! 
Julius Evola ou le Bouddhisme tibétain au service du national-socialisme 
L’Ahnenerbe en voyage initiatique au pays de Shambala 
«...et si le Dalaï Lama devenait un criminel de guerre ! », dit le Dalaï Lama 
Le mythe de la « bonne guerre », version zen 
« Le sabre qui donne la vie » : une expression de D.T. Suzuki 
Le Bouddhisme au service de la Guerre Froide 
Golden sixties et beatnik : « let it be ! » 
Durckheim et Herrigel, deux constructeurs d’ego 

3.2. Usage postmoderne du mythe tibétain 

La Bonne Doctrine s’implante au coeur de notre « matérialisme spirituel » 
Chogyam Trungpa, précurseur de la vague dalaïste 
La France, pays d’acceuil du Bouddhisme tibétain en Europe 
Les mauvaises fréquentations du Dalaï Lama 
Une fracture intellectuelle nécessaire à l’Eveil 
Du génocide ethnique au génocide culturel 
Bio branchés, BT-light ou dalaïstes convaincus : de quelle gauche s’agit-il ? 
1989, l’année de tous les dangers... et de la naissance d’Arte 
Les « aimables fadaises » du Dalaï Lama 
Il faut un ego surdimensionné pour adhérer au Dharma 
Le Bouddhisme tibétain joue la carte du « retour aux sources » 
Bouddhisme et Christianisme : deux religions de salut 
Les dialogues interreligieux : une internationale contre le relativisme 

3.3. Critique de la bouddhomania actuelle 

Phénoménologie bouddhiste et psychanalyse 
Le Bouddhisme tibétain à la conquête du monde scientifique 
Les pensées positives du Bouddhisme tibétain 
Le dessein intelligent du Dalaï Lama 
Le Bouddhisme tibétain jusqu’au cœur de nos écoles primaires 
Bouddhisme tibétain et engagement social 
« Se changer soi-même pour changer le monde » 
Le Bouddhisme tibétain n’est pas une exception sur le marché des religions 
Transcendance et concurrence en terre bouddhiste 
Le marketing du Bouddhisme tibétain 

Conclusion 

Bibliographie 

---

Bibliographie 


Par auteurs 

1. Andreyev A., « The Tsar’s Generals and Tibet. A propos of some ‘white spots’ in the history of Russo-Tibetan relations », in « Tibet And Her Neighbours, A History », ouvrage collectif sous la direction d’Alex McKay, Ed. Hansjörg Mayer, 2003 
2. Ariès P., « Anthroposophie : enquête sur un pouvoir occulte », Golias, 2001 
3. Ariès P., « Les sectes à l’assaut de la santé, le pluralisme thérapeutique en danger », Ed ; Golias, 2000 
4. Arvon H., « Le bouddhisme », Puf, Que sais-je ?,1998 
5. Baker I., Laird T., « Le temple secret du Dalaï-Lama », Ed. de la Martinière, 2000 
6. Banerjee B., « Kalachakra-tantra, A Critical Edition of Sri Kalacakratantra-Raja » (collated with the Tibetan version), Calcutta, Asiatic Society, 1985 
7. Baran J., « La guerre sainte du Zen », sur www.zen-occidental.net 
8. Bareau A., « Histoire des religions, religions antiques, religions de salut (Inde et Extrême-Orient) », Encyclopédie de La Pléiade, Gallimard, 1970 
9. Bass C., « Education in Tibet, Policy and Practice since 1950 », Zed Books, 1998 
10. Bell C., « Tibet Past and Present », Oxford University Press, 1927 
11. Bernbaum E.M., « Der Weg nach Shambala », Hamburg, 1982 
12. Berzin A., « Kalachakra », München, 1985 
13. Bianu Zéno, « Krishnamurti ou l’insoumission de l’esprit », Point Sagesses, Seuil, 1996 
14. Billeter J-F, « Leçons sur Tchouang-tseu », Ed. Allia 
15. Billeter J-F., « Etudes sur Tchouang-Tseu », Ed. Allia, 2004 
16. Bishop P., « Dreams of power. Tibetan Buddhism in the Western Imagination », London, 1993 
17. Bishop P., « The Myth of Shangri-La, Tibet, Travel Writing and the Western Creation of Sacred Landscape », The Athlone Press, 1989 
18. Blavatsky H. , « La Doctrine secrète », Adyar, 1976 
19. Blofeld J., « Le Bouddhisme tantrique du Tibet », Seuil Points Sagesse, 1970 
20. Braun Tom, « L’affaire Harrer », article Geloters, n°52 décembre 1997 (aussi sur le net) 
21. Brown M., « The dance of 17 lives, the incredible true story of Tibet’s 17th Karmapa », Bloomsbury, 2004 
22. Burckner P., « L’euphorie perpétuelle », Grasset, 2000 
23. Campbell June, « Traveller in Space- In search of female Identity in Tibetan Buddhism » University Edimburg, London 1996 
24. Capra F., « Le Tao de la Physique », Ed. Sand, 1975 
25. Chang Iris, « The Rape of Nanking : the Forgetten Holocaust of World War II », Basic Books, 1997 
26. Chen Qing Ying, « Tibetan history », China intercontinental press, 2003 
27. Cheng Anne, « Histoire de la Pensée chinoise », Seuil, 1997 
28. Choain J., « Introduction au Yi-King », Ed. du Rocher, 1983 
29. Choegyal Tenzin, « The Truth about Tibet », Imprimis, publication of Hillsdale College, Michigan, 1999 
30. Chögyam Trungpa, « Pratique de la voie tibétaine », Point Sagesses,1973 
31. Chögyam Trungpa, « Shambala , the sacred path of the Warrior », New York, u.a., 1986 
32. Chuluunbaatar, « Political, economic and religious relations between Mongolia and Tibet », in « Tibet And Her Neighbours, A History », ouvrage collectif sous la direction d’Alex McKay, Ed. Hansjörg Mayer, 2003 
33. Conboy K., Morrison J., « The Cia’s Secret War in Tibet », University Press of Kansas, 2002 
34. Conze E., « Le Bouddhisme dans son essence et son développement », Payot et rivages, 2006 
35. Cottin Heater, « George Soros, Imperial Wizard », CovertAction Quarterly (n°74), 2002 
36. Csoma de Körös A., « Tibetan studies », a reprint of the articles contributed to the journal of the Asiatic Society of Bengal and Asiatic researches », Budapest, 1984 
37. Dalaï Lama, « La sagesse transcendante », Kunchab, 2001 
38. Dalaï Lama, « L’esprit de Bodh-gayâ », Paris, Ramsay, 1999 
39. Dalaï Lama, « L’univers en un atome », Robert Laffont, 2006 
40. Dalaï Lama, « The Kalachakra Tantra, Rite of Initiation for the Stage of Generation », London, 1985 
41. Dalaï-Lama, « Le Sens de la Vie, réincarnation et liberté », Ed. Dangles, 1996 
42. David-Neel A., « Journal de voyage, Journal d’une parisienne à Lhassa », Plon, 1991 
43. David-Neel A., « Le Bouddhisme du Bouddha », Ed. du Rocher, 1977 
44. David-Neel A., « Les enseignements secrets des bouddhistes tibétains », Ed. Adyar, 1991 
45. David-Neel A., « Textes tibétains inédits », La Colombe, 1952 
46. Davidson R.M. ; « Tibetan tantric Buddhism in the Renaissance, rebirth of tibetan culture » Columbia University Press, 2005 
47. De Duve C., « Aux origines de la vie », propos recueillis par D.Pestiau et D.Meeus pour « Solidaire », 20/9/2006 
48. De Duve C., « A l’écoute du vivant », Odile Jacob, 2002 
49. De Schutter X., « Les métamorphoses du divin », Espace de liberté 
50. Deane H., « The Cold War in Tibet », CovertAction Quarterly, 1987 
51. Dunham M., « Buddha’s warriors, the story of the CIA-backed tibetan Freedom Fighters, the Chinese Invasion, and the Ultimate Fall of Tibet », Penguin, 2004 
52. Ekvall R., « Religious observances in Tibet. Patterns and functions », Chicago University Press, 1964 
53. Engelhardt I., « The Ernst-Schaefer-Tibet-Expedition (1938-1939) : New Light on the Political History of Tibet in the First Half of the 20th Century », in « Tibetan and her Neighbours, A History », ouvrage collectif sous la direction d’Alex McKay, Ed. Hansjörg Mayer, 2003 
54. Evans-Wentz W., « Le Bardo-Thödol, livre des morts tibétains », Maison-Neuve, 1987 
55. Evola J., « L’Etat de l’Ordre et les SS », sur www.juliusevola.it 
56. Feng You Lan, « Précis d’histoire de la philosophie chinoise », Le Mail, 1992 
57. Fernando Antony, « Bouddhisme et christianisme, parcours et enseignements croisés », Editions In Press, 2002 
58. French Patrick, « Tibet, Tibet, une histoire personnelle d’un pays perdu », Albin Michel, 2005 
59. Ga ZangJia, « Tibetan religions », China intercontinental Press, 2003 
60. Garillon J-L., « Vers une médecine quantique », article dans « Alliance pour une Europe des consciences, mars-avril 2006 », Suisse 
61. Gelder S. and Gelder R., « The Timely Rain : Travels in New Tibet », Monthly Review Press, 1964 
62. Gen Lamrimpa (Lobsang Jampal Tenzin), « Transcending Time, an explanation of the Kalachakra Six-Session », Guru Yoga, 1999 
63. Gernet J., « Le monde chinois », Ed. A. Colin, 1990 
64. Gernet J., « L’intelligence de la Chine, le social et le mental », Gallimard, 1994 
65. Goetghebeur F., « Tout change, réflexion sur l’éthique et l’économie », Kunchab, Ed. Yeunten Ling, 2004 
66. Goldstein M., Siebenschuh W., Tashi Tsering, « The struggle for modern Tibet, the autobiography of Tashi Tsering », An East Gate Book, 1997 
67. Goldstein M.C., « A History of Modern Tibet, 1913-1951, The Demise of the Lamaist State », University of California Press, 1989 
68. Goldstein M.C., Dawei Sherap, Siebenschuh R.W., « A Tibetan Revolutionary, the Political Life and Times of Bapa Phüntso Wamngye », University of California Press, 2004 
69. Goldman D., « Surmonter les émotions destructrices », Robert Laffont, 2003 
70. Grunfeld T., « Tibet and the United States », dans « Contemporary Tibet, Politics, Development and Society in a Disputed Region », Ed. Barry Sautman and J.T. Dreyer, , East Gate Book, 2006 
71. Grunfeld Tom, « The Making of Modern Tibet », Zed Books, 1987 
72. Gyurme Dorje, « Tibet Handbook with Buthan », Footprint Handbooks, 1996 
73. Harrer H., « Return to Tibet », Schocken, 1985 
74. Henry P., « Le Dharma de Saint Benoît, Bouddhisme, christianisme et la quête spirituelle », Kunchab, 2002 
75. Herrigel E., « Le Zen dans l’art chevaleresque du Tir à l’Arc », Dervy Livres, 1970 
76. Hilton James, « Les Horizons perdus », Livre de Poche, 1961 
77. Janssen T., « La méditation, c’est bon pour la santé de la planète ! », article paru dans « Nouvelles Clés », n°45, 2006 
78. Jia Lan Po, « Nos ancêtres les Chinois, la préhistoire de l’homme en Chine », Ed. France-empire, 1982 
79. Jones T., « Ma guerre contre la guerre au terrorisme », Flammarion, 2006 
80. Jullien F., « Nourrir sa vie à l’écart du bonheur », Seuil, 2005 
81. Jullien F., « Procès et création, une introduction à la pensée des lettrés chinois », Seuil, Des travaux, 1989 
82. Jullien F., « Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie », Seuil, L’Ordre philosophique, 1998 
83. Lallemand A., « Les sectes en Belgique et au Luxembourg », EPO, 1994 
84. Lama Karta, « Introduction au Bouddhisme », Publications Kunchab, 1995 
85. Lama Kazi Dawa Samdup, « Le livre tibétain des morts », Maisonneuve, 1979 
86. Leloup D., « Méditer modifierait le cerveau », article paru dans « Imagine » n°52, 2005 
87. Lenoir F., « La rencontre du Bouddhisme et de l’Occident »., Fayard, 1999 
88. Lewis Kim, correspondance avec Michaël Parrenti en juillet 1994 cité dans son article « Le Mythe du Tibet » paru sur le net 
89. Lobsang Rampa, « Le troisième œil », Albin Michel, 1957 
90. Lombardo A., « Guénon ou l’orgueil d’être réactionnaire », dans « La Padania », janvier 2001 ou sur www.centrostudilaruna.it 
91. Lopez Donald S., « Prisoners of Shangri-La , Tibetan Buddhism and the West », the University of Chicago Press, 1998. 
92. Lopez D.S., traduction en français du précédent : « Fascination tibétaine, du Bouddhisme, de l’Occident et de quelques mythes », Ed. Autrement-Frontières, 2003 
93. Lu Tsou , « Le secret de la Fleur d’or », Librairie de Médicis, 1969 
94. Maciocia G., « Les principes fondamentaux de la médecine chinoise », Satas, 1992 
95. Marx K., « Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel » (texte de 1843), sur : www.marxists.org 
96. Maspero H., « Le Taoïsme et les religions chinoises », Gallimard, 1971 
97. Mathé Th., « Le Bouddhisme des Français », L’Harmattan, 2005 
98. Mestrum F., « Mondialisation et pauvreté. De l’utilité de la pauvreté dans le Nouvel ordre Mondial », L’Harmattan, 2002 
99. Milà E., « Les envoyés de Hitler au Tibet », sur www.voxnr.com 
100. Mutti C., « L’influence de Julius Evola en Hongrie », dans « Pagine Libere », avril 1997 ou sur www.centrostudilaruna.it 
101. Needham J., « La science chinoise et l’Occident », Seuil point Sciences, 1973 
102. Needham J., « La tradition scientifique chinoise », Ed. Herman, 1974 
103. Newman J.R., « The outer wheel of time : Vajrayana buddhist cosmology in the Kalachakra Tantra », Madison, 1987 
104. Paquet P., « Le Dalaï Lama a perdu son précepteur », article paru dans « La Libre Belgique » du 9 janvier 2006 
105. Parenti M., « Le mythe du Tibet », article sur http://fraternitelibertaire.free.fr 
106. Pradyuumna P. Karan, « The Changing Face of Tibet : the Impact of Chinese Communist Ideology on the Landscape », University Press of Kentucky, 1976 
107. QingYongZhang, « A Secret History of Japan Coveting Tibet », dans « China Tibetology », Mars 2006 
108. Revel J-F, Ricard M., « Le moine et le philosophe, le bouddhisme aujourd’hui », Nil Ed., 1997 
109. Ricard M., Trinh Xuan Thuan, « L’infini dans la paume de la main », Fayard, 2000 
110. Robinet I., « Histoire du Toaïsme des origines au XIVème siècle », Cerf, 1991 
111. Samten Karmay, « King Lang Darma and his Rule », in « Tibet And Her Neighbours, A History », ouvrage collectif sous la direction d’Alex McKay, Ed. Hansjörg Mayer, 2003 
112. Sautman B., « Demographic ‘Annihilation’ and Tibet », dans « Contemporary Tibet, Politics, Development and Society in a Disputed Region », Ed. Barry Sautman and J.T. Dreyer, East Gate Book, 2006 
113. Serres M., « Hominescence », Le Pommier, 2001 
114. Snelling J., « Buddhism in Russia, the story of Agvan Dorzhiev », Shaftesbury, 1993 
115. Spalding B.T., « La vie des Maîtres », Robert Laffont, 1972 
116. Still-Rever S., « Tantra de Kalachakra, le Livre du Corps subtil », Desclée-Debrouwer, 2000 
117. Suzuki, Fromm, Martino, « Bouddhisme Zen et psychanalyse », Quadrige, Presses Universitaires de France, 1971 
118. Tayé, Jamgön Kongtrul Lodrö, « Myriad worlds. Buddhsi Cosmology in AbhiDharma, Kalachakra and Dzog-chen », Ithaca u.a., 1995 
119. Temple R., « Quand la Chine nous précédait », Bordas, 1986 
120. Trimondi V. & V., « L’ombre du Dalaï Lama, sexualité, magie et politique dans le bouddhisme tibétain », 1999, version française sur www.trimondi.de 
121. Trimondi V. et V., « Hitler, Buddha, Krishna, Eine unheilige Allianz vom Dritten Reich bis heute », Ueberreuter, 2002 
122. Victoria B., « Le Zen en guerre, 1868-1945 », Seuil, 1997 
123. Wang Jiawei, Nyima Gyaincain, « The historical Status of China’s Tibet », China Intercontinental Press, 2000 
124. Wissing D.A., « Pioneer in Tibet, the life and Perils of Dr. Albert Shelton », Ed. Palgrave Macmillan, 2004 
125. Younghusband F., « India and Tibet », Asian Educational Services, 1993 
126. Zheng Shan, « A History of development of Tibet », Foreign Langages Press, Beijing, 2001 


Par titres 

127. « Alice Bailey et la métaphysique de la race », sur www.voxnr.com 
128. « Bardo Thödol, le Livre tibétain des morts », préface de Anagarika Govinda, Dervy-Livres, 1980 
129. « Council for National Policy, Member Biography, Jesse Helms », sur www.sovereignTV.net 
130. « Dalai Lama bezingt lof van de glimlach », propos recueillis par Sybille Decoo pour l’Agence Belga le 06-06-2006 
131. « Dalaï-lama, quand les médias suivent le guide », suivi de « Un boudeur chez les bouddhistes », propos recueillis par J-L Van Lint pour « TL-Moustique » le 7/6/2006 
132. « Dao De Jing », Hua Zhong Li Gong Da Xue Chu Ban Zhu, Ed. de Wuhan, R.P.Chine, 1991 
133. « Dixit Einstein, entre sciences et engagements », Catalogue expo Bruxelles 2006, Ed. ULB 
134. « Helena Blavtsky, la société théosophique et la réincarnation », sur www.samsara-fr.com 
135. « Himalaya - Tibet », ouvrage collectif sous la direction de J-P Avouac et P. De Wever, CNRS Editions, 2002 
136. « Histoire de la société au Tibet », China Intercontinental Press, 1995 
137. « Huang Di Nei Jing », Tian Jin Ke Xue Chu Ban Zhu, Ed. scientifique de Tian Jin, R.P.Chine,1989 
138. « L’évolution démographique au Tibet jusqu’à aujourd’hui et les tendances de demain », Nouvelle Etoile, Beijing, 1994 
139. « Le Dalaï Lama proclame sa foi dans la science et reconnaît connaître le stress », article paru dans « Le Monde » le 15 novembre 2005 
140. « Le monde selon... Mathieu Ricard », sur www.routard.com 
141. « Le Tibet, 100 questions et réponses », Ed. de Beijing Information, 1988 
142. « Les religions et la liberté de croyance en Chine », Nouvelle Etoile, Beijing, 1997 
143. « Nouvel Age, risques et dangers », sur www.spiritualite-chretienne.com pour la revue 
« Shambala Sun », novembre 1996 
144. « Tchouang-tseu, œuvre complète », traduction, préface et notes de Liou Kia-hway, Connaissance de l’Orient, Gallimard, 1969 
145. « The Dalaï Lama, Beyond Dogma : Dialogues aud Discourses », Ed. Marianne Dresser, North Atlantic Books, 1996 
146. « Tibet museum », compiled by Tibet Museum, Encyclopedia of China Publishing House, 2001 
147. « Tibet, la Roue du temps, pratique du mandala », Catalogue expo Paris 1995, Actes Sud 
« Tibetan and her Neighbours, A History », ouvrage collectif sous la direction d’Alex McKay, Ed. Hansjörg Mayer, 2003 
148. « Tibetan Book of the Dead », trad. De Thupten Jinpa et Graham Coleman, Penguin Books, 2005 
149. « Tibetan review », revue trimestrielle éditée à HongKong, Octobre 1995 


Sur le net 

150. http://bouddhisme.info/4.htlm: Une rencontre entre Bouddhisme et Occident 
151. http://images.library.wisc.edu/FRUS/EFacs/: archives de « Foreign Relations of United States » 
152. www.iiss.org/about-us : carte « US troop deployment » sur le site de « International Institute for Strategic Studies 
153. www.afforthecc.org: « Dalaï-lama et les pétitions » passé sur radio-canada le 19/10/2005 
155. www.buddhaline.net: discours de Sa Sainteté le Dalaï Lama au Parlement Européen (1/11/01) 
158. www.dalailama.com: site du Dalaï Lama 
162. www.mindandlife.org : site de l’Institut Mind and Life 
165. www.theepochtimes.com: site de « The Epoch Times », journal du FaLunGong 
166. www.tibet.fr/site/gouvernement.php: site du gouvernement tibétain en exil et Free Tibet 
168. www.tibet-info.org/amisdutibet/: site des « Amis du Tibet » 
170. www.trimondi.de: forum critique sur le Kalachakra 

FOR FAIR USE ONLY
--> La lista JUGOINFO e' curata da componenti del
*** Coordinamento Nazionale per la Jugoslavia (CNJ) ***
***              
http://www.cnj.it/                ***
I documenti distribuiti non rispecchiano necessariamente
le posizioni ufficiali o condivise da tutto il CNJ, ma
vengono fatti circolare per il loro contenuto informativo al
solo scopo di segnalazione e commento.
--> Bilten JUGOINFO uredjuju clanovi
***  Italijanske Koordinacije za Jugoslaviju (CNJ)  ***
***              
http://www.cnj.it/                ***
Prilozi koje vam saljemo ne odrazavaju uvek nas zvanicni stav,
niti nase jedinstveno misljenje, vec svojim sadrzajem
predstavljaju korisnu informaciju i potstrek na razmisljanje.
---> Archivio/Arhiv:
>
http://groups.yahoo.com/group/crj-mailinglist/messages
> http://www.domeus.it/circles/jugoinfo
---> Per iscriversi [o per cancellarsi] / Upisivanje [brisanje]:
crj-mailinglist-[
un]subscribe@yahoogroups.com
---> EMAIL:  jugocoord(a)tiscali.it
---> C.N.J.: DOCUMENTO COSTITUTIVO / OSNIVACKI DOKUMENT:
>
http://www.cnj.it/documentazione/documento_costitutivo.htm

22:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.