28/12/2007

Massacres discrets dans l’Afghanistan libéré ....

Afghanistan :: La lutte antiterroriste tue des innocents

« Nous voulons que les forces étrangères s’en aillent de nos régions et arrêtent de bombarder nos maisons », réclamaient des manifestants dans l’Est de l’Afghanistan 1.

Roland Marounek
14-11-2007

Les soldats belges qui, depuis 2003, défendent l'aéroport de Kaboul dans le cadre de l'ISAF (mission OTAN) sont, en fait, de plus en plus intégrés à la sale guerre de Bush. (Photo OTAN)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Les Afghans sont majoritairement opposés aux forces étrangères présentes sur leur territoire, même celles qui sont présentées comme humanitaires. Qui sont ces forces étrangères ? et pourquoi les Afghans s’y opposent-ils ?

Les forces étrangères présentes en Afghanistan sont, d’une part, celles de l’opération « Liberté immuable », lancée par les États-Unis en 2001 et d’autre part, celles de l’ISAF dirigée par l’Otan depuis août 2003. Celles-ci étaient présentes dans le but de maintenir la paix, mais elles se sont petit à petit intégrées dans la « guerre à la terreur » de G.W.Bush.

Par ailleurs, la résistance est systématiquement assimilée aux Talibans alors qu’elle est beaucoup plus large ; les bombardements meurtriers se succèdent, au point que même le président Hamid Karzai (placé par les occidentaux) a déclaré publiquement qu’il craignait que « la mort d’innocents ne sape la sympathie de la population pour la mission de l’OTAN dans son pays », et que son gouvernement s’en trouve déstabilisé2.

Selon les seules estimations officielles, plus de 370 civils, femmes et enfants, ont été tués depuis le début de cette année dans les opérations des Alliés, soit d’avantage que les morts civils attribués aux Talibans. Ce chiffre officiel est à coup sûr très loin de la réalité étant donné que les zones bombardées sont interdites d’accès et que les journalistes sont empêchés de parler aux blessés qui affluent dans les hôpitaux3.

L’Otan prétend que les Talibans utilisent des civils comme « boucliers humains ».  « C’est vrai que les talibans se cachent dans les villages, ils demandent à manger et un abri, mais qu’est ce que les gens peuvent bien faire ? », raconte un blessé, victime de ces bombardements4. En juin, on précisait comment s’était déroulé l’un de ces massacres: « Une unité des forces de l’OTAN a été prise pour cible dans un village au lever du jour et a bombardé ce même village à 10 heures du soir ». Il ne s’agit plus là de « bavures », mais bien de  terroriser les paysans pour les empêcher de fournir nourriture et abris aux insurgés comme le fait finalement toute armée d’occupation.

L’Otan annonce régulièrement de manière triomphante, la mort de centaines de Talibans. Mais selon quels décomptes ? Lors d’une offensive de l’Otan en septembre 2006, où l’Alliance s’était enorgueillie de la mort de 200 Talibans, une dépêche apprenait que les habitats de la région qui allait être bombardée étaient de tenu partir et que quiconque errait hors de la route principal serait considéré comme Taliban. « Au moment où je partais, j’ai vu deux femmes et un homme avec son enfant qui ont été fauchés par des roquettes5 Font-ils partie des 200 talibans ?

En agitant l’épouvantail du 11 septembre, les États-Unis ont imposé une présence militaire à long terme au cœur de l’Asie centrale, sur la route des réserves de pétrole et de gaz, et aux portes de la Russie et de la Chine. L’Afghanistan, tout comme l’Irak sont des points stratégiques essentiels du plan de domination global des États-Unis, et cela n’a rien à voir avec le terrorisme et le 11 septembre.

 

1 Belga, 6 octobre 2007 • 2 Reuters, 25 octobre . 3 Libération, 31 octobre   • 4 Libération, 31 octobre • 5 Le Monde, 6 septembre

Libération immuable… de l’opium?

Là où l’Afghanistan occupé par l’Otan établi un record incontesté, c’est dans la production d’opium. En 2007, jamais la terre n’avait produit une telle quantité d’opium et 90% de la production provient désormais de ce pays. Les Alliés accusent bien sûr les Talibans. Pourtant, depuis octobre 2001, les USA savaient parfaitement que c’étaient leurs alliés - les chefs de guerre de l’Alliance du Nord - qui étaient les principaux producteurs d’opium, comme l’avait dénoncé l’ONU à la veille de l’invasion1.

Les Talibans quant à eux, avaient quasiment éradiqué la culture du pavot sous leur règne. Aujourd’hui le trafic de drogue représente 60 % des richesses du pays et les barons de la drogue se retrouvent au Parlement. Le propre frère du président H.Karzai est d’ailleurs mis en cause.

En soutenant à bout de bras un régime corrompu et criminel, l’Otan est devenu de fait un partenaire majeur dans le trafic d’héroïne qui déferle notamment sur l’Europe via le Kosovo.

1 AFP, 6 octobre 2001.

 

Et la Belgique ?

Il y a près de 400 militaires belges en Afghanistan, pour la plupart assignés à la défense de l’aéroport de Kaboul, dont ils ont pris le commandement pour 6 mois en octobre. La Belgique joue donc un rôle important dans l’appui de l’Otan à l’occupation états-unienne, même si, pour le moment, elle ne participe pas directement aux combats.

Quatre militaires belges ont été blessés en septembre dernier : faut-il attendre les premiers morts pour ouvrir ici le débat sur les raisons de notre présence en Afghanistan ? Tant que celui-ci n’aura pas lieu, le gouvernement peut se permettre de renvoyer en douce les réfugiés afghans à leur enfer.

 

Les objectifs de la guerre de 2001 confrontés aux faits

Six ans après la « libération » de l’Afghanistan, quel est le rapport entre la réalité et les objectifs affichés au lendemain du 11 septembre 2001?

· La capture de Ben Laden : Ben Laden court toujours. La proposition des Talibans en septembre 2001, de livrer Ben Laden à un pays tiers si des preuves de son implication dans les attentats du WTC étaient données. Mais pour le FBI, Ben Laden est officiellement  recherché pour les attentats de Nairobi, en 1998 et non pas pour ceux du 11 septembre1.

· Lutte contre le terrorisme : après le 11 septembre 2001, il y a eu les attentats de Bali, Istanbul, Madrid, Londres, Rabat. Sans parler bien sûr de ceux de Russie et d’Iran où là ils sont menés par des terroristes financés par les USA.

· Libération de la femme : dans les faits, peu de choses ont changé dans la nouvelle République Islamique d’Afghanistan, dont la constitution précise qu’aucune loi ne peut être adoptée qui serait en contradiction avec la Charia. Aujourd’hui, on apprend qu’une jeune fille de 15 ans qui voulait fuir son mari violent risque d’être condamnée à mort selon le code civil afghan2.
Et pourquoi en serait-il autrement ? Les chefs de guerre fondamentalistes, lourdement armés par les Etats-Unis (pour combattre les Soviétiques), ceux-là qui avaient rétabli la Charia lors du renversement du régime laïc en 1992 (bien avant la venue au pouvoir des tout aussi fondamentalistes Talibans). Ce sont précisément les mêmes qui, regroupés au sein de l’Alliance du Nord, ont été replacés au pouvoir par les États-Unis en 2001.

 

1 http://www.fbi.gov/wanted/terrorists/terbinladen.htm • 2 Irin, 4 novembre 2007

15:49 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.