04/07/2011

CROATIE; Le Bulletin du Courrier des Balkans N°823

La CROATIE, 28e pays européen va donc perdre son indépendance nationale, sa souveraineté, en s’intégrant dans l’ EURO-DICTATURE capitaliste et ensuite dans la machine de guerre otanienne en 2013. Cette machine de plus de 500 millions d’ âmes (un nouvel empire où les choses vont de plus en plus mal)  n’ a pas pour but d’intégrer les peuples pour leur bonheur, mais de les dissoudre,  pour mieux les ramener par la suite à l’ esclavage. De la Croatie à la Grèce, il n’y a pas loin ...
L’ Europe a été voulue par les patrons et leurs valets, faite par les patrons, pour servir avant tout les intérêts des patrons, des banquiers et des multinationales capitalistes.
RoRo
_______                                   ________
_______  Lundi 13 juin
2011 ________



Le Bulletin du Courrier des Balkans N°823


° Intégration européenne : la Croatie sera le 28e État membre
° Kosovo : les révélations de l'ancien président du Tribunal militaire de l'UÇK
° En Libye, en Irak et en Afghanistan, on tire avec des armes serbes
° Élections en Moldavie : le Parti des Communistes résiste face à une opposition libérale divisée


° Intégration européenne : la Croatie sera le 28e État membre
Vendredi 10 juin, la Commission européenne a officiellement ouvert les portes de l’UE à Zagreb en recommandant l’adhésion de la Croatie en 2013. Les 27 pays membres devraient officialiser cette décision lors du prochain sommet, les 23 et 24 juin. Les Croates devront ensuite valider cette adhésion lors du référendum consenti par le pouvoir après les manifestations du début de l’année.
 
 

Intégration européenne : la Croatie sera le 28e État membre

Sur la Toile :
Mise en ligne : samedi 11 juin 2011
Vendredi 10 juin, la Commission européenne a officiellement ouvert les portes de l’UE à Zagreb en recommandant l’adhésion de la Croatie en 2013. Les 27 pays membres devraient officialiser cette décision lors du prochain sommet, les 23 et 24 juin. Les Croates devront ensuite valider cette adhésion lors du référendum consenti par le pouvoir après les manifestations du début de l’année.

Vendredi 9 juin, la Commission européenne a donné son feu vert pour la clôture des négociations avec la Croatie, avec en ligne de mire l’adhésion en 2013 ou au plus tard en 2014. La Croatie sera le 28e pays membre de l’Union européenne et le deuxième issu de l’ancienne Yougoslavie après la Slovénie.

Les trente-cinq chapitres que compte l’acquis communautaire, cette feuille de route que doit respecter à la lettre tout candidat à l’adhésion, ont été fermés. Il aura fallu six ans à Zagreb pour atteindre cet objectif, une durée relativement courte compte tenu de la taille limitée de l’économie croate.

La procédure d’adhésion a néanmoins achoppé sur deux points particuliers : la réforme du système judiciaire et la lutte contre la corruption. La Croatie a dû donner des gages de son engagement à Bruxelles, qui réclamait une réelle application des mesures prises. Le procès qui aura prochainement lieu en Croatie contre l’ancien Premier ministre Ivo Sanader, accusé de corruption, aura valeur d’ultime test.

Après les adhésions en 2007 de la Roumanie et de la Bulgarie que plusieurs États membres, France et Allemagne en tête, jugent aujourd’hui prématurées, un dispositif de suivi - réclamé justement par Paris et Berlin - va être mis en place pour surveiller au plus près la bonne marche des réformes en Croatie. Cette mesure permettra, en cas de non respect des engagements, de geler certaines aides voire de reporter l’adhésion.

Les 27 pays membres auront le dernier mot, maintenant que la Commission a rendu son avis. Ils pourraient décider d’ouvrir officiellement la porte à la Croatie lors du prochain sommet qui aura lieu les 23 et 24 juin. Chacun des États ratifiera le traité d’adhésion en 2012.

Mais une étape de taille s’annonce pour Zagreb : la tenue d’un référendum sur l’adhésion réclamé par la population après le « printemps croate », ces manifestations qui pendant deux mois ont réuni plusieurs milliers de personnes tous les deux soirs dans les rues de la capitale.

Lassés de se voir les portes de l’intégration fermées, les Croates ont petit à petit tourné le dos à Bruxelles. Aujourd’hui, si l’on en croit les enquêtes, pro-UE et eurosceptiques font jeu égal dans l’opinion. Le gouvernement conservateur, au plus bas dans les sondages, va devoir convaincre.

cartereferendum

 


 

10:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.